Invasion de l'Ukraine - L'Otan doit s'adapter à la "nouvelle réalité sécuritaire", avertit Stoltenberg © belga

Invasion de l’Ukraine – L’Otan doit s’adapter à la « nouvelle réalité sécuritaire », avertit Stoltenberg

(Belga) L’Otan doit s’adapter à la nouvelle réalité sécuritaire créée par l’invasion russe de l’Ukraine et son intégration militaire avec le Bélarus, a estimé mardi le secrétaire général de l’organisation, Jens Stoltenberg.

« L’invasion russe de l’Ukraine et son intégration militaire avec le Bélarus forment une nouvelle réalité sécuritaire sur le continent européen. Nous devons revoir notre position militaire face à cette nouvelle réalité », a déclaré le Norvégien. Les ministres de la Défense des États membres de l’Otan se réunissent mercredi au quartier général de l’Alliance, avec également ceux de pays partenaires tels que l’Ukraine, la Finlande, la Suède, la Géorgie et des représentants de l’Union européenne. Jens Stoltenberg a expliqué mardi que les ministres débuteraient leur discussion « par les mesures concrètes pour renforcer notre sécurité sur le long terme, dans tous les domaines ». « Sur terre, cela pourrait signifier une augmentation substantielle des troupes dans la partie orientale de l’Alliance, avec une meilleure préparation », a exposé le secrétaire général. Des renforts aériens et maritimes seront également évoqués. Le renforcement des défenses aériennes et anti-missiles, de la cyberdéfense ainsi que le maintien d’exercices, plus nombreux et plus grands, feront aussi partie des sujets de discussion. Jens Stoltenberg s’attend à ce que les commandements militaires soient priés de développer des mesures d’ici le sommet de l’Otan en juin à Madrid. « Nous devons faire plus et donc aussi investir davantage », a-t-il encore insisté. Il a notamment salué que l’Allemagne et d’autres pays alliés aient annoncé une augmentation de leurs investissements. « J’encourage tous les États membres à consacrer au moins 2% de leur PIB à la Défense », a-t-il rappelé. Le secrétaire général a encore estimé que l’Otan avait « réagi rapidement » à la crise. Pour la première fois, la force de réaction de l’Otan (NATO Response Force) a ainsi été activée. (Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content