Invasion de l’Ukraine – L’hôpital pédiatrique de Marioupol est au moins le troisième détruit, dénonce l’ONU

(Belga) Avant le bombardement russe mercredi de l’hôpital pédiatrique de Marioupol, deux autres maternités avaient été attaquées et détruites en Ukraine, a affirmé jeudi le responsable dans ce pays du Fonds des Nations unies pour la Population (UNFPA), Jaime Nadal.

Celle de Marioupol « n’est pas la seule. A Zhytomyr (nord-ouest), la maternité a été complètement détruite. A Saltivsky, dans l’agglomération de Kharkiv (nord-est), la maternité a aussi été détruite », a précisé le responsable lors d’un entretien vidéo avec des journalistes à l’ONU à New York, sans pouvoir dire qui était à l’origine des bombardements et s’ils avaient fait des victimes. Jaime Nadal n’a pas précisé quand les bombardements à Zhytomyr et Saltivsky s’étaient produits. La maternité de Marioupol « est la troisième maternité » bombardée « à notre connaissance », a tenu à préciser ensuite un porte-parole de l’agence onusienne, en n’excluant pas que d’autres installations similaires aient été touchées par des tirs dans le pays depuis le début de l’invasion russe le 24 février. En Ukraine, il y a « 69 maternités et centres prénatals », a ajouté Jaime Nadal, indiquant que l’agence onusienne UNFPA « estimait à 80.000 le nombre de femmes enceintes qui vont accoucher en Ukraine dans les trois mois à venir ». Au total, environ 240.000 femmes sont enceintes en Ukraine et entre le 24 février et le 7 mars, 4.311 femmes ont donné naissance à un enfant, a-t-il dit. A Marioupol, le bombardement russe de l’hôpital pédiatrique a fait trois morts dont une fillette, selon la mairie de cette ville portuaire. Le précédent bilan publié mercredi par les autorités faisait état de 17 personnes blessées. L’attaque contre cet hôpital a provoqué l’indignation des autorités ukrainiennes et occidentales. (Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content