Inondations: les pêcheurs dénoncent des travaux « destructeurs » sur la Vesdre

Le Vif

La Fédération des pêcheurs francophones critique vivement la façon dont les travaux sont effectués dans les lits de la Vesdre et de la Hoëgne à la suite des inondations de juillet 2021. Elle pointe notamment des destructions inutiles provoquées par les pelleteuses sur plusieurs dizaines de kilomètres de ces rivières.

« La destruction en réponse à la destruction », titre l’éditorial du Pêcheur Belge, le périodique de la Fédération Sportive des Pêcheurs Francophones dans son édition de juillet. Selon le rédacteur en chef du magazine, Bruno Chermanne, ces destructions massives rappellent celles qui ont affecté le Ruisseau d’Acoz, un affluent de la Sambre, en 1988, à la suite d’inondations également.

Selon le Pêcheur Belge, les travaux actuels sont surtout destinés à apaiser une colère populaire bien compréhensible et à désigner un coupable (la rivière). « Ce sont ainsi plusieurs dizaines de kilomètres de rivière qui ont été anéanties ou qui sont en cours de destruction par les pelleteuses », accuse le magazine.

Tout en reconnaissant qu’après les terribles pertes humaines subies il y a des ponts à reconstruire, des berges à stabiliser et d’autres travaux à effectuer, il estime que ces travaux vont au-delà du nécessaire pour sans doute donner l’illusion que la population sera désormais à l’abri.

Toujours selon la publication, ces travaux n’empêcheront pas la situation connue l’an passé de se représenter lorsque pareil phénomène météorologique se manifestera à nouveau, surtout si l’imperméabilisation des sols wallons se poursuit. Une vérité « sans doute pas bonne à entendre sur le plan politique », ajoute-t-elle.

Une vérité « sans doute pas bonne à entendre sur le plan politique »

Pour le Pêcheur Belge, là où trois ou quatre années de travaux auraient suffi pour effacer les traces de la pollution résultant des dégâts causés aux infrastructures d’assainissement des deux rivières, il faudra des décennies pour qu’elles retrouvent la qualité biologique qui étaient les leurs avant les inondations de juillet 2021.

La Vesdre et la Hoëgne furent deux des plus beaux exemples de renaissance d’une rivière en Europe mais elles sont désormais reléguées au rang de vulgaires chenaux d’écoulement des eaux, déplore encore le magazine, qui émet des doutes quant à la possibilité de voir des travaux de renaturation succéder aux destructions de grande ampleur.

Partner Content