HSBC, à Genève. © Reuters

HSBC : il aura fallu quatre ministres…

Thierry Denoël
Thierry Denoël Journaliste au Vif/L'Express

Près de cinq ans après avoir reçu les données HSBC de la France, l’Etat belge va enfin se constituer partie civile dans ce dossier de fraude fiscale portant sur plusieurs milliards d’euros.

C’est en tout cas ce que vient d’annoncer le ministre des Finances Johan Van Overtveldt, à la Chambre. Curieux : interrogé, il y a un mois, par Ecolo-Groen sur ce sujet, le ministre N-VA avait botté en touche. Pourquoi ce revirement ? La N-VA veut-elle faire mine de lutter contre la fraude, avant le rapport final du Gafi sur la politique anti-blanchiment de la Belgique ? Quoiqu’il en soit, il aura fallu quatre ministres des Finances (1MR, 2 CD&V et 1 N-VA) et quatre secrétaires d’Etat anti-fraude (1CD&V, 1 FDF, 1 SP.A et 1 N-VA) pour que l’Etat se décide à faire valoir ses droits dans un dossier judiciaire ouvert à Anvers en 2010 et dont le juge bruxellois Michel Claise a repris le volet à charge de HSBC-Genève en 2013.

Reste cette autre affaire impliquant une grande banque : le dossier UBS qui porte également sur des sommes astronomiques et qui fait l’objet d’une instruction depuis plus d’un an. Combien de temps l’Etat va-t-il attendre, ici, pour se porter partie civile ?

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content