© Belga

Geert Bourgeois (NV-A) :  » Nous voulons donner un avenir au pays « 

De 25 à 30% des voix en Flandre : où s’arrêtera la N-VA ? Quatre questions à Geert Bourgeois, ministre flamand des Affaires intérieures (NV-A)

Vous attendiez-vous à un raz-de-marée comme celui-là ?

Non pas du tout, c’est le jour le plus heureux de ma vie. J’ai toujours été sceptique par rapport aux sondages et, de nouveau, ils se sont trompés en n’anticipant pas à ce point notre victoire. Même dans mes rêves je n’aurais jamais imaginé cela. Quand je pense qu’en 2003 j’étais le seul de mon parti à siéger au parlement…

Comment voyez-vous la suite dans les prochaines heures ?

Laissez-nous d’abord fêter ça et remercier les électeurs. Demain est un autre jour, nous tiendrons un bureau de parti pour analyser les forces en présence.

Comment expliquez-vous votre succès ?

La Flandre a manifestement voté en faveur d’une réforme de l’Etat mais aussi en faveur d’une réforme de la justice, des pensions et d’un budget en équilibre. Nous voulons donner un avenir au pays. La volonté de changement exprimée par l’électeur est évidente. J’entends que les francophones veulent aussi une réforme de l’Etat. Nous allons voir si nous pouvons nous trouver.

Négocier avec le PS vous paraît-il facile ?

Le PS a toujours été partenaire des grandes réformes de l’Etat. Je ne suis pas optimiste, mais je suis réaliste : on ne peut plus continuer comme les trois dernières années, dans l’immobilisme. S’il n’y a pas de réforme, ce sera dramatique pour nos enfants et nos petits-enfants. Le monde a déjà changé, le vieux continent doit le faire aussi.

Que paient les partis flamands traditionnels (CVP, VLD) ?

Les électeurs ne veulent plus de blocages. Ils veulent un gouvernement qui leur apporte des solutions.

L.V.R.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content