Excès de vitesse: Gilkinet plaide pour des « sanctions beaucoup plus élevées »

Le Vif

Le ministre fédéral de la Mobilité, Georges Gilkinet, veut une meilleure corrélation entre l’amende pour excès de vitesse et la gravité de l’infraction. Il a donc soumis à ses collègues de la Justice et de l’Intérieur une proposition de sanctions beaucoup plus élevées pour les excès très graves.

« Si on veut changer réellement les choses, on doit donner un signal clair à celles et surtout ceux qui s’estiment autorisé à mettre la vie des autres en danger en roulant à des vitesses inappropriées, bien au-delà des limites fixées par le code de la route. Cette mesure viserait les excès de vitesse supérieurs à 21 km/h, soit au total 12% du total des amendes pour excès de vitesse, soit une minorité de conducteurs, mais ceux dont le comportement est le plus dangereux », a-t-il expliqué dans les colonnes de SudInfo.

   Actuellement, les amendes pour excès de vitesse sont fondées sur une logique linéaire: 56 euros pour les 10 premiers km/h au-dessus de la vitesse et puis 6 euros, hors agglomération, ou 11 euros, en agglomération, par km/h supplémentaire. Aux yeux du ministre, cette logique linéaire ne reflète pas le risque qui est créé qui est, lui, exponentiel. Il plaide pour des « sanctions beaucoup plus élevées » qui seraient « exponentielles« . Il ne précise toutefois pas les montants d’amende qui seraient atteints.

   VIAS a publié cette semaine les statistiques des accidents de la route du premier trimestre de cette année: 111 personnes ont perdu la vie, soit autant qu’avant la crise sanitaire. Selon M. Gilkinet, la sécurité routière doit remonter dans l’ordre des priorités des politiques publiques.

Partner Content