Europe14 – Matteo Renzi plaide pour une UE réformatrice

(Belga) Le Premier ministre italien, largement victorieux aux dernières élections européennes, a appelé l’UE à s’atteler aux réformes, dont l’Italie serait le fer de lance, et à ne pas se perdre dans des querelles de pouvoir. « Avant de débattre autour de noms, entendons-nous sur le programme », a déclaré Matteo Renzi dans une interview accordée à plusieurs grands journaux européens, dont La Stampa, et publiée samedi.

Il réagissait ainsi aux tensions suscitées par l’éventuelle nomination du conservateur luxembourgeois Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne. Alors que la chancelière allemande Angela Merkel a apporté son soutien à M. Juncker, qui a dirigé pendant huit ans l’Eurogroupe, d’autres dirigeants européens -notamment le Premier ministre britannique David Cameron- souhaitent voir un réformateur à la tête de l’exécutif de l’Union européenne. Interrogé sur la candidature de M. Juncker, Matteo Renzi a déclaré qu’il était « plus intéressé par (l’état du) marché du travail que par les positions de pouvoir », avant d’ajouter que celui qui obtiendra le poste « devra aimer l’Europe, mais avec un regard innovateur ». Le jeune Premier ministre italien, qui a apporté à la gauche européenne son plus gros contingent de députés au Parlement en raflant 40,8% des voix lors du scrutin européen du 25 mai avec son Parti démocrate, a assuré que l’Italie ouvrirait la voie vers des réformes qui s’imposent. L’Italie, troisième économie de la zone euro et qui a été ébranlée par la crise financière, « a choisi la stabilité, ce qui signifie des réformes sérieuses et énergiques ». « Nous pouvons dire que nous voulons changer l’Europe parce que nous commençons par réformer chez nous », a ajouté M. Renzi. (Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content