En Belgique, nous sommes majoritairement gouvernés par des partis perdants (fact-checking politique)

Nicolas De Decker
Nicolas De Decker Journaliste

« Les Partis politiques en Belgique », un ouvrage publié par des politologues du Centre d’étude de la vie politique de l’ULB, vient d’être publié. Cette « bible » analyse la politique belge et ses évolutions sous toutes les coutures. Le Vif en a tiré 50 questions. Dont celle des majorités parlementaires.

Il est difficile de toujours déterminer précisément qui a gagné ou perdu un scrutin (est-ce le parti qui est arrivé en tête qui l’a emporté, ou celui qui a le plus progressé ?), et les partis s’emploient d’ailleurs toujours à tenter de faire croire qu’il l’ont emporté, ou à tout le moins qu’ils n’ont pas perdu.

N’empêche, perdre des voix n’est pas rédhibitoire, au contraire même. Le politologue Régis Dandoy a fait le compte, et a remarqué que, depuis 1949, « les gouvernements fédéraux sont composés de partis politiques qui, en moyenne, perdent 0,9 point de pourcent des voix lors des élections précédant leur participation gouvernementale ».

> Êtes-vous incollable sur les partis politiques belges ? Faites notre grand quiz

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content