© Belga

Eddy Demarez, le journaliste qui avait insulté les Belgian Cats, de retour à l’écran

Le Vif

Le journaliste sportif Eddy Demarez fera son retour à l’écran samedi sur la VRT, a annoncé la chaîne publique flamande. Il avait été mis de côté à la suite de ses propos humiliants et insultants sur les joueuses de l’équipe féminine de basket tenus après les Jeux Olympiques de Tokyo l’été dernier.

Lors de la diffusion de la réception des médaillés olympiques de retour du Japon début août via la chaîne Facebook Live de Sporza, Eddy Demarez s’était laissé aller à des commentaires sur l’orientation sexuelle et la morphologie des Belgian Cats. Le journaliste a rapidement présenté ses « sincères excuses », ce qui n’a pas empêché la polémique d’enfler.

« Irrespectueux, douloureux et dégradant. Ravi de rentrer à la maison comme ça. Je vais juste vomir», avait ainsi réagi la joueuse Hanne Mestdagh. Le Comité Olympique et Interfédéral belge avait également condamné les déclarations du journaliste qui ignorait que son micro était allumé au moment des faits.

Demarez a été laissé pendant tout un temps comme non-actif. Ces derniers mois, il a travaillé en coulisses et il s’apprête maintenant à faire son retour à l’écran en tant que présentateur et commentateur.

Un sentiment de honte

« Imaginez que vous êtes en train de cancaner à la machine à café et que la personne dont vous parlez se trouve soudainement derrière vous. C’est ce sentiment de honte, mais multiplié par un million ou trois millions. Vous pouvez vous excuser mille fois, ce n’est pas acceptable. Vous pouvez présenter ça comme une forme d’humour ou comme une discussion de comptoir, il n’y a pas d’excuse« , explique-t-il à la VRT.

Visiblement ému, il raconte qu’il a rencontré les Belgian Cats. « Tout le monde fait des erreurs. Regarder quelqu’un dans les yeux, s’excuser, admettre que vous avez fait une erreur, enrichit la vie. Cela ne fait pas d’une mauvaise personne une bonne personne. Je n’étais pas une mauvaise personne. Et je ne suis pas une bonne personne maintenant. Mais j’ai fait quelque chose avec mon erreur. Et je pense que c’est la chose la plus importante. »

La rédaction de Sporza, la chaîne sportive de la VRT, a mis sur pied, avec le journaliste, un groupe de travail « les femmes dans le sport et la diversité ». « Je ne veux pas seulement m’excuser, mais aussi créer quelque chose qui peut bénéficier à tous », a-t-il commenté.

« Je ne suis pas naïf », ajoute Demarez. « Je sais qu’il y aura toujours des gens qui diront : ‘Vous avez dit ça à l’époque, et pour moi, ça ne changera jamais’. C’est dommage. Je ne peux que faire de mon mieux pour créer quelque chose de bon à partir de mon erreur, et je pense que cela fonctionne », ajoute-t-il.

Avec Belga

Partner Content