Ecolo acceptera deux réacteurs nucléaires au-delà de 2025, mais pas sans conditions

Le Vif

Ecolo n’acceptera le maintien en vie de deux réacteurs nucléaires au-delà de 2025 que si on accélère la transition énergétique vers le renouvelable et le refus de la prise en charge du coût des déchets nucléaires et du démantèlement, a affirmé jeudi le co-président des Verts francophones, Jean-Marc Nollet.

Le gouvernement fédéral se réunira vendredi au sujet de la sortie du nucléaire, avec l’intention de prendre une décision sur l’avenir énergétique du pays. À la fin de l’année dernière, il semblait acquis que toutes les centrales nucléaires fermeraient d’ici la fin de 2025, mais la guerre en Ukraine a changé la donne. Groen, parti de la ministre de l’Énergie Tinne Van der Straeten, semble désormais également ouvert à la prolongation de la durée de vie des deux réacteurs nucléaires les moins anciens.

Interrogé au cours de l’émission « Jeudi en prime » (La Une – RTBF), le co-président d’Ecolo, Jean-Marc Nollet a abondé dans le même sens. « Avec ce qui se passe en Ukraine, la réponse qui était valable il y a trois mois l’est-elle encore ? », a-t-il demandé. Pour lui, la seule voie possible pour sortir de la dépendance énergétique à 90% de la Belgique vis-à-vis de l’étranger est le renouvelable, mais le passage entre les deux nécessite un temps de transition, a-t-il expliqué.

« Deux (centrales) est un maximum… Augmenter la place du nucléaire empêchera la transition vers le renouvelable« , a-t-il ajouté. Selon M. Nollet, il n’y aura « pas de chèque en blanc » des Verts lors de la réunion du gouvernement en faveur de la prolongation pour dix ans de deux réacteurs nucléaires.

Au-delà d’une accélération de la transition vers le renouvelable, « il n’est pas question que le gouvernement s’occuper des déchets nucléaires et du démantèlement des centrales. La facture de 40 milliards d’euros, c’est Engie qui doit la payer à 100% », a-t-il insisté.

Partner Content