Un demandeur d'asile devant Fedasil

Douze mille dossiers de demandeurs d’asile sont traités hors délai

Le Vif

Le Commissariat général aux réfugiés et apatrides (CGRA), qui est chargé d’étudier les demandes de protection internationale et de se prononcer à leur sujet, accuse un retard de près de 12.000 dossiers, écrit vendredi Le Soir. Si les réglementations européennes imposent une réponse endéans les six mois, certain dossiers remontent à plus de trois ans.

« Actuellement, la charge de travail représente environ 16.751 dossiers. 5.000 dossiers pouvant effectivement être considérés comme une charge de travail normale, le véritable arriéré s’élève donc à 11.751 dossiers », explique le patron du CGRA, Dirk Van den Bulck.

Une analyse plus détaillée de ces chiffres permet en outre de réaliser à quel point certains dossiers pendants ont pris la poussière. Ainsi, seuls 3.339 dossiers sur la table concernent des demandes introduites en 2022. Tandis que 8.202 dossiers concernent des demandes introduites en 2021, 3.042 des demandes soumises en 2020, 1.706 des demandes datées de 2019 et 462 des demandes antérieures à 2019 – dans certains cas, il s’agit néanmoins de dossiers réanalysés et non de premières demandes.

Le directeur d’un centre Fedasil, resté anonyme, tire auprès du Soir la sonnette d’alarme. « Certains résidents dans mon centre n’ont pas encore eu de réponse à leur première demande de protection internationale introduite en 2019. » Chiffres à l’appui, l’interlocuteur démontre ainsi que près de 10% des hébergés de son centre sont en réalité dans une telle situation.

Partner Content