© iStock

Deux agents de police réintégrés après un « scandale sexuel »

Deux inspecteurs de la police qui auraient été impliqués dans un scandale sexuel il y a deux ans pourront retrouver leur emploi, selon une décision rendue par le Conseil d’État. Les deux hommes ont été licenciés après des faits de moeurs présumés au sein de la police.

Une policière qui, selon une lettre anonyme, aurait été la victime des deux membres de la police a entre-temps commencé à travailler pour une autre zone de police, peut-on lire lundi dans le Nieuwsblad.

En décembre 2017, une lettre anonyme dénonçait, dans la zone de police d’Assenede-Evergem, des actes sexuels non désirés entre des collègues des forces de l’ordre. La lettre mentionnait les noms des agents impliqués ainsi que celui de la victime présumée: un agent qui, selon l’auteur, a été encouragé par certains de ses collègues à commettre des actes sexuels non désirés.

Les deux agents impliqués ont été suspendus et l’inspection générale de la police a ouvert une enquête. Le parquet de Flandre orientale a également ouvert une enquête et, au bout d’un an, a jugé que les preuves étaient insuffisantes.

Mais une enquête disciplinaire était toujours en cours au sein de la police. Le tribunal de police a jugé que les inspecteurs avaient au moins commis des erreurs déontologiques. Ils ont donc été licenciés au cours de l’été de l’année dernière.

Les deux agents ont contesté cette décision auprès du Conseil d’État, estimant que l’enquête n’était pas menée de manière objective. L’instance leur a donné raison, ce qui leur a permis de travailler à nouveau au sein de la police. On ne sait pas si les deux inspecteurs retourneront travailler dans la même zone.

Partner Content