Ce cumul des deux mandats dure depuis juillet 2019.

Cumul illégal de Georges-Louis Bouchez: un conseil d’administration convoqué d’urgence

Sénateur et président de Sparkoh !, l’ancien Parc d’Aventures Scientifiques de Frameries, Georges-Louis Bouchez se retrouve dans une situation d’incompatibilité légale en cumulant ses deux mandats. Face à cette annonce, un conseil d’administration en urgence va être organisé pour évaluer la validité des décisions prises lors de son mandat et, possiblement, acter sa suspension ou sa démission.

Suite à l’article publié jeudi sur le site du Vif concernant l‘illégalité du cumul des deux mandats de Goerges-Louis Bouchez, certains membres du conseil d’administration ont demandé une réunion d’urgence, en présence de l’intéressé. C’est normalement le président lui-même qui est habilité à faire cette demande, ou alors trois administrateurs.

Pascal Lafosse, administrateur PS et vice-président de Sparkoh !, fait partie des membres à avoir demander cette réunion. « Sans vouloir tirer à boulets rouges sur qui que ce soit, j’ai pris mes informations et il y aurait effectivement une incompatibilité entre le mandat de président et le siège de sénateur. » Un cumul des mandats qui dure depuis juillet 2019, lors de sa prestation de serment du Montois comme sénateur.

Cette réunion exceptionnelle, qui n’est pour l’instant qu’au stade de demande, permettrait avant tout de clarifier certains points, notamment la validité des décisions prises sous la présidence de Georges-Louis Bouchez. « Dans l’intérêt de la structure Sparkoh !, en tant que vice-président, je ne pouvais pas faire autrement que de demander l’organisation d’un conseil d’administration en urgence de manière à s’assurer que l’ensemble des décisions prises lorsque il était président ne puissent pas être invalidées ou mises en difficulté. Il faut clarifier la situation« , explique Pascal Lafosse

Mais une autre question reste en suspens : quel avenir aura Georges-Louis Bouchez au sein de la structure ? D’après l’administratrice Ecolo Charlotte De Jaer, son statut au sein de l’institution va devoir etre discuté durant le conseil. « Il faut qu’on puisse entendre le président sur ses intentions pour, j’imagine, soit valider sa démission soit sa suspension. Mais ce qui me parait vraiment important, c’est de vérifier que l’institution ne va pas être lésée par ce cumul illégal qui durerait depuis presque 3 ans. »

La démission de Georges-Louis Bouchez semble plus que probable selon Charlotte de Jaer. « Je ne suis pas juriste mais ça me parait compliqué qu’il reste président. J’ai relu le décret et les choses sont limpides : il aurait dû être suspendu dès que le cumul était avéré. En l’état, je ne sais pas ce qu’il entend faire mais je ne vois pas d’autre solution. »

A l’heure actuelle, aucune date n’a été déterminée pour l’organisation de ce conseil d’administration. Mais en attendant, Pascal Lafosse affirme qu’aucune décision ne sera prise avant qu’il y ait une clarification.

Partner Content