Liesbeth Homans, la présidente du parlement flamand.

Crainhem: « toute communication en néerlandais en première instance », dit Homans

Le Vif

La ministre flamande des Affaires intérieures, Liesbeth Homans, a confirmé jeudi avoir annulé la décision prise par le conseil communal de Crainhem d’envoyer les convocations électorales dans la langue de l’électeur conformément à la jurisprudence du Conseil d’État, en soulignant que la législation linguistique n’avait pas été respectée par cette commune à facilités de la périphérie bruxelloise.

Le conseil avait décidé le 23 avril d’envoyer les convocations pour les élections générales du 26 mai en français aux habitants qui se sont enregistrés afin de recevoir pendant quatre ans leurs documents administratifs dans cette langue.

Crainhem suivait de la sorte la jurisprudence du Conseil d’État.

Mme Homans (N-VA) a contesté cette décision, qui, selon elle ne respecte pas les règles flamandes en matière linguistique énoncées dans les circulaires Peeters et consorts qui imposent aux habitants francophones des communes à facilités de demander systématiquement l’envoi d’un document en français.

« Crainhem se trouve en territoire flamand. Ce qui veut dire que toute communication doit en première instance se passer en néerlandais. C’est pourquoi j’ai annulé la décision du conseil communal de Crainhem d’envoyer une convocation en français. Disposer de facilités, cela ne signifie pas que l’on puisse simplement ignorer la législation linguistique », a indiqué la ministre nationaliste à l’agence Belga.

Un conseil communal a été convoqué en urgence pour ce jeudi à 20h00.

Partner Content