© reuters

Covid: vers la fin du testing automatique dans les hôpitaux

Stagiaire Le Vif

Suite au passage au code jaune sur le baromètre corona, les hôpitaux envisagent de mettre fin au « testing » automatique des patients amenés à être hospitalisés. À Liège, le CHR de la Citadelle ne teste plus obligatoirement les patients en pré-admission.

Ce lundi 7 mars, la Belgique est passée en code jaune sur le baromètre corona. Dans bon nombre d’établissements publics, les mesures sanitaires ont été assouplies. Si dans les hôpitaux, les règles d’hygiène sont toujours en vigueur, la fin du « testing » automatique des patients est envisagée, et parfois déjà en vigueur.

Comme au CHR de la Citadelle à Liège qui, depuis ce 9 mars, ne réalisera plus de dépistage automatique, ni en pré-admission ni en pré-opération, hormis chez les patients présentant des symptômes du Covid-19. Au vu des chiffres encourageants de la situation épidémiologique, l’hôpital a également pris la décision de fermer le Labo Cita Drive, le centre de dépistage Covid-19 aménagé sur le parking de Vottem.

Depuis ce lundi 7 mars, au CHU de Charleroi, le testing s’applique uniquement aux personnes à risque, aux patients devant se faire opérer et aux malades présentant des symptômes suspects de COVID. Si toutefois le patient a contracté la Covid-19 dans les 8 semaines précédant l’hospitalisation, aucun test PCR ne sera réalisé. Les femmes sur le point d’accoucher, les urgences pré-opératoires ainsi que les patients admis en psychiatrie feront également l’objet d’un test PCR.

Dans les autres institutions hospitalières belges, les critères pour soumettre un patient à un test Covid sont actuellement réévalués mais, pour le moment, malgré le passage au code jaune, les patients hospitalisés sont toujours testés. Les règles de « testing » varient toutefois d’un hôpital à l’autre.

Au CHU Brugmann, à Bruxelles, par exemple, les patients devant faire l’objet d’une hospitalisation sont toujours testés dans les 72 heures précédant leur entrée à l’hôpital. Pour les hospitalisations d’urgence ou les accouchements non-programmés, un test PCR rapide sera réalisé au moment de leur admission. À la clinique Saint-Pierre d’Ottignies, tous les patients hospitalisés ou opérés sont testés 48 heures avant leur venue. Aux cliniques universitaires Saint-Luc, les patients hospitalisés sont toujours automatiquement testés, mais des discussions sont en cours pour éventuellement assouplir les conditions de dépistage.

Les autorités fédérales et régionales, mais aussi Sciensano, recommandent toujours aux hôpitaux de réaliser un test PCR chez tout patient devant être hospitalisé, de manière urgente ou non. Cependant, « la stratégie future concernant le testing est actuellement examinée au sein du Risk Management Group du SPF Santé, en vue d’une stratégie de sortie uniforme », assure l’AVIQ.

En ce qui concerne les visites, les autorités sanitaires laissent le choix aux hôpitaux de les maintenir, de les limiter, voire de les interdire, en fonction de la situation épidémiologique. Les hôpitaux ont également la liberté de réglementer comme bon leur semble l’accompagnement des patients, en respectant la distanciation sociale.

Dans la grande majorité des institutions hospitalières, les visites sont autorisées, mais toujours limitées en termes d’horaire et de nombre de visiteurs par patient. En général, les hôpitaux limitent les visites à deux personnes par jour, en après-midi. Bien évidemment, le port du masque, la distanciation d’un mètre et demi et l’hygiène des mains, entre autres, sont toujours d’application.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content