. © Getty

Coronavirus : le point sur les contacts sociaux

Celine Bouckaert
Celine Bouckaert Journaliste

Ce jeudi, le Conseil national de sécurité a annoncé une série de mesures destinées à endiguer la recrudescence du coronavirus. Qu’est-ce qui change pour la vie sociale? Le point.

La bulle sociale de cinq personnes restera d’application. La Première ministre Sophie Wilmès a rappelé la portée de la règle: chacun peut revoir ses proches sans dépasser le nombre de 10 personnes tout en conservant les distances de sécurité dès lors qu’il ne s’agit pas de gens de sa bulle ou de son foyer. La bulle de 5 personnes vise le nombre de personnes avec qui un foyer est en contact et avec qui les distances de sécurité ne sont pas respectées.

En revanche, une mesure est prévue pour les couples, mariés mais aussi qui vivent une relation durable, séparés par le virus et par la fermeture des frontières: à partir du 1er septembre, ce sera possible pour eux de voyager.

Les réceptions organisées après des funérailles pourront accueillir jusqu’à cinquante personnes, pour autant que les règles en vigueur pour l’horeca soient respectées. Par contre, le CNS n’a pas assoupli les mesures pour les mariages. « Nous sommes toujours bloqués à 10 personnes, sans pouvoir proposer de repas, alors que l’horeca tourne avec des terrasses bondées », dénonce Alexandre Hames, président de la Fédération belge des prestataires de mariage.

Autoriser les mariages en les limitant à 10 personnes revient pour lui à imposer la fermeture. « Si le gouvernement nous laisse ouverts, c’est pour ne pas devoir nous verser d’aides. C’est de l’hypocrisie », avance-t-il, précisant que le secteur a connu 95% d’annulations cette année. « Nous estimons qu’un tiers du secteur sera en faillite l’année prochaine. »

Un jour, on pourra laisser tomber la bulle

La décision de maintenir la bulle de cinq personnes risque également de faire grincer des dents d’autant que les experts ne sont pas sur la même longueur d’onde. Membre du GEES, le virologue Marc Van Ranst défend le maintien de la bulle de cinq personnes. « Le virus passe d’homme à homme, il faut donc couper le fil pour que cette transmission se fasse. La seule façon d’y parvenir est de limiter les contacts sociaux », déclare-t-il à la VRT. « Un jour » on pourra laisser tomber la bulle, tempère-t-il cependant. « Mais quand, ce n’est pas clair. Bien que nous sachions que ce n’est plus tenable longtemps ».

L’épidémiologiste Yves Coppieters ne partage pas son avis. « La bulle n’a plus beaucoup de sens. Elle est trop restrictive, trop peu de gens s’y tiennent, et la mesure est insoutenable si nous poursuivons l’application de ces mesures cet hiver. La bulle de cinq doit soit disparaître complètement, soit être élargie à une bulle de quinze comme nous l’avons connue auparavant. Il y a de moins en moins de personnes qui respectent la règle : cela seul signifie que le Conseil de sécurité doit intervenir », confiait l’épidémiologiste Yves Coppieters au quotidien De Morgen quelques heures avant le CNS. Pour lui, mieux vaut miser sur la distanciation sociale, et continuer à se laver les mains souvent. Il recommande également le port du masque à l’intérieur.

Un concept typiquement belge

Comme le rappelait aussi Le Soir, la bulle est un concept typiquement belge. Porte-parole interfédéral, Yves Van Laethem déclare qu’à sa connaissance, aucun autre pays n’a adopté une mesure similaire. C’est une spécificité qui pourrait s’expliquer par la densité de population en Belgique et la forte circulation dans le pays, avance-t-il.

Les Pays-Bas par exemple ignorent ce genre de restrictions. « Quand je regarde ce concept de la bulle de cinq, je dois le lire cinq fois avant de le comprendre. Je ne pense pas que ce soit encourageant pour le public. Ce que je me demande, c’est comment maintenir ou contrôler le respect de ces bulles », s’interroge ainsi le virologue néerlandais Ab Osterhaus, même s’il comprend que la Belgique prenne des mesures fortes pour tenter d’endiguer l’épidémie.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content