Marc Van Ranst © Belga

Coronavirus: « Des jeunes qui ont participé aux lockdown parties sont aujourd’hui aux soins intensifs »

« Nous n’atteignons pas encore suffisamment certains groupes, comme les jeunes, avec notre communication », a regretté le professeur Marc Van Ranst dans l’émission De Afspraak. Selon le virologue, certains des jeunes qui sont aux soins intensifs et qui reçoivent aujourd’hui une assistance respiratoire ont participé aux fameuses « lockdown parties ».

Notre pays a reçu des éloges de l’étranger, y compris du prestigieux Financial Times, pour sa gestion de la crise et la communication au grand public des experts et scientifiques. Mais Marc Van Ranst met en garde : on ne peut jamais « trop » communiquer. Il a notamment fait remarquer que certains groupes ne sont pas encore assez atteints, comme les jeunes : « nous avons encore beaucoup de choses à leur expliquer.

Pour Van Ranst, il faut compter sur les « influenceurs » pour atteindre ce groupe, « parce que nous ne sommes pas perçus chez eux comme fiables ou comme un exemple ».

Selon lui, la communication envers les jeunes peut également être un peu plus intimidante : « Parmi les jeunes qui sont maintenant allongés dans les lits aux soins intensifs et qui reçoivent une assistance respiratoire, il y en a plusieurs qui ont participé aux lockdown parties ». Selon le virologue de la KU Leuven, il convient de leur préciser ceci : « Ce n’est pas un jeu vidéo. Les gens en meurent vraiment « .

https://twitter.com/deafspraaktv/status/1242921744068943874De Afspraakhttps://twitter.com/deafspraaktv

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

550rich3153600000Twitterhttps://twitter.com1.0

L’organisation de défense des consommateurs Test-Achats confirme cette tendance : son sondage montre que 23% de la population ne suit pas les recommandations de façon stricte. Ce pourcentage monte même à 44 % chez les jeunes de 18 à 21 ans. Test Achats appelle les autorités à poursuivre le travail de sensibilisation auprès de ce public en particulier, et à sanctionner en cas de constat de non-respect des mesures. (avec Belga)

Partner Content