Chômage: effet Covid limité puis baisse dès fin 2022

Thierry Fiorilli
Thierry Fiorilli Journaliste

Le Bureau fédéral du Plan, en collaboration avec les services des études et de la statistique des trois Régions, projette « une hausse temporaire du chômage, avant une baisse plus structurelle à partir du deuxième trimestre 2022 »

Dans son dernier rapport (fin juillet, 90 p.) intitulé « Perspectives économiques régionales 2021-2026 », le Bureau fédéral du Plan, en collaboration avec les services des études et de la statistique des trois Régions, projette « une hausse temporaire du chômage, avant une baisse plus structurelle à partir du deuxième trimestre 2022″.

Ainsi, « le taux de chômage baisse à 8,7% cette année pour grimper à 9,0% l’an prochain. La période « corona » s’accompagnerait donc, au final, d’une hausse extrêmement limitée du taux de chômage ». Mieux, « au cours de la période 2023-2024, la croissance de la population active occupée va s’intensifier, tandis que la croissance de la population active faiblit. Le chômage baisse sensiblement durant ces deux années-là (31 000 et 27 000 personnes respectivement) et le taux de chômage recule en deux ans à 7,9% ».

Ensuite, « à partir de 2025, les effets de la réforme des pensions se font sentir et la croissance de la population active s’accélère. Dans le même temps, la croissance de l’emploi fléchit, de sorte que la baisse du chômage s’interrompt (- 6 000 personnes en 2025, + 3 000 en 2026). Le taux de chômage, pour sa part, se stabilise à 7,7% en fin de période ».

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content