Nawal Ben Hamou

Bruxelles: une nouvelle proposition de plafonnement de l’indexation des loyers

Le Vif

La secrétaire d’Etat au Logement, Nawal Ben Hamou (PS) a confirmé devant le parlement bruxellois qu’elle déposerait dans les prochains jours une nouvelle proposition de plafonnement de l’indexation des loyers sur la table des ministres bruxellois.

Une première proposition de plafonnement à 2% avait achoppé, l’hiver dernier sur une absence de consensus. Interrogée à l’heure des questions d’actualité, Mme Ben Hamou a confirmé son intention de remettre le couvert au gouvernement, en raison du taux de plus en plus élevé de l’indexation.

Lire aussi: Bruxelles: le canal, une nouvelle façon d’aborder la mixité entre logement et activité économique

   « Cessons les solutions populistes et attaquons-nous au problème de fond avec des solutions concrètes et durables… Sur le constat, DéFI ne dit pas autre chose que la secrétaire d’Etat: il y a une crise du logement abordable en Région bruxelloise depuis 30 ans. Sur la méthode, DéFI veut des réformes structurelles, sur le long terme, qui s’attaquent au problème de fond: la rareté des logements confortables et abordables alors que la population bruxelloise explose », a réagi le ministre Clerfayt dans un communiqué.

   Pour celui-ci, limiter l’indexation des loyers ne contribue pas à résoudre la tendance de fond: la rareté des logements abordables. Une étude de l’OCDE rappelle qu’« une réglementation stricte du marché locatif entrave la construction de logements neufs », a-t-il souligné,

   Selon M. Clerfayt, « les politiques de blocage des loyers font plaisir aux locataires à court terme mais ont un impact négatif sur le long terme en décourageant davantage la construction de nouveaux logements et la rénovation du parc locatif ancien, le privé ne voulant alors plus investir dans la construction de nouveaux projets ». 

   Face à la crise, le ministre DéFI estime qu’il faut encourager la construction de logements,  élargir les solutions de politiques sociales du logement, soutenir plus largement qu’actuellement les Agences Immobilières Sociales et élargir et assouplir l’accès à l’allocation-loyer.

Partner Content