Bruno Tobback.

Bruno Tobback réitère la préférence du sp.a pour l’arc-en-ciel

L’ancien président du spa.a, Bruno Tobback, a rappelé jeudi la préférence de son parti pour une coalition fédérale arc-en-ciel, réunissant les familles socialiste, libérale et écologiste, tout en s’interrogeant sur l’utilité du travail mené par les deux informateurs royaux, Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V).

« Tout rassemblement de partis est possible pour nous. Mais notre préférence va à (une coalition) socialiste-groen », a souligné le député flamand lors de l’émission Matin Première de la RTBF-radio, dont il était l’invité.

« Ce serait étonnant que le sp.a ne veuille pas participer à une coalition qui ne soit pas de centre-gauche. La Belgique a besoin d’une telle politique après le tournant très à droite que l’on a observé ces dernières années et qui a mené droit vers la faillite de l’État belge », a souligné M. Tobback.

« Franchement, ce que Paul Magnette avait proposé, c’est un projet un peu plus à gauche que la Suédoise (la coalition au fédéral lors de la précédente législature et qui rassemblait la N-VA, l’Open Vld, le CD&V et le MR, seul parti francophone, NDLR), beaucoup plus équitable en tout cas », a-t-il poursuivi.

Comme Conner Rousseau, son jeune successeur à la tête du sp.a, M. Tobback a critiqué le travail effectué à ce jour par les deux informateurs royaux, MM. Bouchez et Coens, depuis leur désignation le 10 décembre dernier. « Vous savez ce qu’ils font, vous? Jusqu’ici, j’ai des questions surtout sur le résultat de leur mission », a lancé l’ex-président du sp.a en qualifiant MM. Bouchez et Coens d' »informachins ». « C’est parce que je ne trouve pas le mot en français », a-t-il justifié.

« Qu’ont fait ces deux messieurs? Je n’ai vu aucun projet, aucune ambition mais bien des manoeuvres pour freiner, retarder avec (le président de la N-VA) Bart De Wever, qui essaie de jouer un peu », a ajouté M. Tobback.

Partner Content