Baromètre: voici ce qui change si nous passons au code orange vendredi

Eglantine Nyssen
Eglantine Nyssen Journaliste au Vif

Le baromètre corona en vigueur depuis ce vendredi 28 janvier pourrait passer à l’orange ce vendredi, suite au prochain Comité de concertation. Voici les mesures spécifiques qui entreraient alors en vigueur.

Au vu de l’amélioration des chiffres liés à l’épidémie de Covid en Belgique, les autorités envisagent un « passage à la phase orange du baromètre » lors du nouveau Comité de concertation prévu ce vendredi pour évaluer la situation. Les conditions pour passer du rouge à l’orange ne sont cependant pas encore toutes réunies. D’autres mesures hors baromètre peuvent toujours être prises par le comité de concertation. Actuellement par exemple, le dispositif actuel concernant le télétravail(quatre jours par semaine) et leshopping(maximum deux personnes) reste d’application.

Le ministre Vandenbroucke évoque un possible passage à l’orange

Selon le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke, le Comité de concertation de vendredi pourra décider « sur des bases relativement solides » de revoir les mesures de lutte contre la propagation du coronavirus. En commission de l’Intérieur, le ministre socialiste a semblé mardi midi être en faveur d’un passage au « code orange » dans le fameux baromètre corona.

« Les contaminations ont dépassé le pic (de la vague actuelle, NDLR), l’hypothèse est que les hospitalisations et l’occupation des soins intensifs vont désormais baisser. Cela va probablement nous permettre vendredi d’envisager la suite, sur des bases relativement solides. La seule décision pertinente que l’on peut prendre est de passer du rouge à l’orange », a expliqué le ministre face aux députés.

Le baromètre, dont le gouvernement insiste qu’il n’est ni automatique ni contraignant, prévoit en code orange la réouverture des lieux dansants (discothèques, etc.), par exemple.

Le ministre ne s’est pas prononcé mardi au sujet d’une éventuelle révision de l’obligation de port du masque pour les enfants à partir de 6 ans, ce qui a été avancé par plusieurs partis.

Un autre chantier important s’annonce: l’évaluation et la révision éventuelle de la stratégie de dépistage. Les différents ministres du pays en charge de la Santé se pencheront la semaine prochaine sur une évaluation réalisée par l’ECDC, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, a indiqué Frank Vandenbroucke.

Un « débat politique essentiel » doit avoir lieu sur la stratégie à long terme, permettant de réactiver certaines mesures sans attendre, si cela s’avère nécessaire, a aussi estimé le socialiste.

Voici un aperçu de ce que cela signifierait concrètement.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content