© Belga

Au PS, comme une lettre à la poste

Les combats désespérés sont aussi les plus beaux. Celui que le PS a livré, à l’heure d’approuver à la Chambre la libéralisation du secteur postal, a eu quelque chose de déchirant.

La députée Karine Lalieux en devenait pathétique, obligée au nom des siens de se faire violence. « Nous sommes opposés à cette libéralisation dogmatique que nous, socialistes belges, avons toujours combattue. » Elle rend la poste belge si cruelle en faisant « de nombreuses victimes collatérales, travailleurs du secteur postal et simples clients ». Avec ces postiers parfois réduits à un statut précaire « totalement inacceptable pour une entreprise publique ».

Une honte devant laquelle le PS promet de ne jamais baisser sa garde. Mais… car il y a bien sûr un mais : « Nous ne nous sommes jamais contentés de dire « non ». » La preuve : le PS a ensuite voté « oui. »

P. HX

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content