presentation of the trial room of the attacks of Brussels | Presentation de la salle du proces des attentats de Bruxelles 06/09/2022

Attentats de Bruxelles: « Il n’y aura pas de procès si ces boxes sont maintenus »

Le Vif

« Il n’y aura pas de procès si ces boxes sont maintenus », a répliqué lundi en fin d’après-midi Me Courtoy. Le risque, selon lui, est que les accusés refusent de comparaître dans de telles conditions, rendant dès lors les débats peu utiles.

Lors des répliques, les avocats de la défense ont répété tout le mal qu’ils pensaient des boxes vitrés installés pour les accusés.

   Me Taelman, qui défend Bilal El Makhoukhi, a mis en avant une nouvelle fois que « le dispositif » de sécurité était « inédit ». « Aucun box, qui n’avait pourtant atteint ce stade, n’a passé le contrôle de la CEDH », a-t-elle affirmé. Le risque existe, selon elle, de devoir faire annuler le procès si les boxes devaient a posteriori être jugés disproportionnés. L’accusé El Makhouki a confirmé à la présidente qu’il ne comptait pas revenir à l’audience si ces boxes étaient maintenus.

   La défense de Salah Abdeslam, Me Paci, a renchéri en demandant une « évaluation stricte » de ces « mesures extrêmes ». « Ce procès devrait-il être plus sécurisé que celui de Paris ou » du Musée juif ? », s’est-elle interrogée. Avec quoi son client pourrait-il représenter une menace, compte tenu des autres « mesures de sécurité qui sont prises, jusque dans les moindres recoins de son intimité », a-t-elle demandé. « Mettons des policiers et démolissez ce box, pour qu’une justice digne puisse être rendue. »

   L’accusé Hervé Bayingana Muhirwa, appelé par la présidente de la cour à se prononcer sur les boxes, a estimé que ceux-ci l’excluaient des débats.

La présidente de la cour rendra son arrêt vendredi sur le sort des boxes vitrés

Laurence Massart, la présidente de la cour d’assises de Bruxelles chargée de juger les attentats du 22 mars 2016, rendra son arrêt vendredi à 14h00 sur le sort des boxes vitrés qui ont animé une bonne partie des débats lundi. C’est ce qu’elle a annoncé à l’issue de la longue journée d’audience préliminaire, qui avait commencé vers 9h30 pour se terminer peu après 18h30.

Cet arrêt concernera plus exactement la « purge sur les nullités ». S’il y a lieu, c’est-à-dire s’il n’est pas décidé qu’il y a nullité des débats et qu’il doit donc bien y avoir un procès devant la cour d’assises, la présidente rendra ensuite son arrêt sur les témoins devant être entendus le jeudi 22 septembre à 9h00.

Partner Content