© AFP

Alexander De Croo demande de durcir davantage les sanctions: « Si on mord, il faut mordre durement »

Le Vif

La Belgique demande de renforcer encore le paquet de sanctions contre la Russie que les chefs d’État et de gouvernement de l’UE doivent avaliser ce jeudi soir en sommet à Bruxelles, a indiqué le Premier ministre Alexander De Croo à son arrivée au bâtiment Europa.

« Le paquet sur la table peut être mis en oeuvre rapidement, mais il faudrait le renforcer », a dit M. De Croo. Il évoque des sanctions additionnelles, financières, pour rendre aux institutions financières et aux entreprises russes la tâche plus difficile pour opérer dans le système financier international.

L’un des enjeux de la réunion de ce soir est l’exclusion potentielle de la Russie du réseau international de communications interbancaires SWIFT (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication, basée en Belgique), comme le réclament l’Ukraine et plusieurs États membres de l’UE. Mais d’autres, aux économies plus exposées à la Russie, verraient plutôt cette exclusion dans un troisième train de sanctions.

« Si on mord, il faut mordre durement. Il ne faudrait pas garder un paquet de sanctions sous la main, car il ne peut pas y avoir grand-chose de plus grave que ce à quoi nous assistons ici », a insisté Alexander De Croo. Quant à savoir si cela signifie que la Belgique réclame l’exclusion de la Russie du système SWIFT, « je suis ouvert au débat quant à la technique à utiliser ».

Le sommet extraordinaire de ce soir a été convoqué en urgence mercredi pour décider d’un deuxième paquet de sanctions « massives » contre la Russie, alors que l’invasion de l’Ukraine a entre-temps commencé.

Partner Content