Agression d’un chauffeur de bus à Liers: grève sur le réseau liégeois du TEC

(Belga) Les chauffeurs de bus des dépôts de Robermont et de Jemeppe ont décidé mardi matin d’arrêter le travail après l’agression d’un des leurs mardi matin à Liers (Herstal). La durée de l’action n’est pas encore connue. Du côté de la CGSLB, on évoque une reprise du travail à 11h00. La CSC évoque pour sa part des perturbations « au moins jusque midi ».

Mardi, vers 06h20, un chauffeur de la ligne 87 a été découvert gisant inanimé au terminus de Liers. L’homme, qui avait quitté son bus pour se rendre aux toilettes, a reçu des coups à la tête. Il a été hospitalisé. « C’est la deuxième agression en quelques jours. Vendredi, un contrôleur a été agressé à Seraing », ont expliqué les syndicalistes. Mardi, les chauffeurs ont donc décidé de se croiser les bras pour montrer leur inquiétude face à cette recrudescence d’agressions. Toutes les lignes qui desservent Liège et sa périphérie sont donc à l’arrêt depuis 09h00 ce mardi. Du côté de la CGSLB, on annonce une reprise du travail à 11h00. « Le but n’est pas de perturber les lignes outre mesure. Les chauffeurs veulent attirer l’attention sur le problème d’insécurité », a expliqué le permanent, Gonzague Milis. A la CSC par contre, on attend la tenue d’une assemblée générale pour évoquer une éventuelle reprise du travail. « Les perturbations devraient durer au moins jusque midi », a commenté Jean-Louis Baudon. Les syndicats réclament d’urgence la tenue d’une réunion de sécurité, qui rassemble la direction du TEC, la police et la Ville de Liège. (MICHEL KRAKOWSKI)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content