© Epa

A la prison de Saint-Gilles, le juge Wim De Troy avait raison

La prison de Saint-Gilles a enfreint les directives du 5 juillet 2005 en obligeant le juge d’instruction Wim De Troy à enlever sa ceinture lorsqu’il a pénétré dans l’enceinte de l’établissement pénitentiaire le 25 mai dernier, indique jeudi La Dernière Heure.

Le juge d’instruction s’y rendait pour y placer éventuellement sous mandat d’arrêt un suspect de trafic international de cocaïne.

« Le magistrat avait refusé d’enlever sa ceinture comme le demandaient les agents de sécurité, ce qui avait eu pour effet de refus fait au magistrat d’accéder à la prison: le passeur de cocaïne n’ayant pu être placé sous mandat d’arrêt avait… dû être remis en liberté », rappelle le quotidien.

Les directives prévoient, en effet, que le juge « passe par le portique détecteur de métaux après avoir vidé ses poches. Si le détecteur sonne pour des membres du pouvoir judiciaire dans l’exercice de leurs fonctions juridictionnelles, il sera fait usage de la raquette détectrice de métaux. Il ne peut être demandé à ces personnes d’ôter leurs vêtements (ceinture, soutien-gorge, …) », rapporte La Dernière Heure.

Levif.be avec Belga

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content