A Bruxelles, la consommation de cocaïne a augmenté de 67% (info Le Vif)

L’Observatoire bruxellois de la prévention et de la sécurité dévoile, en primeur au Vif, une partie de son rapport 2020 sur les drogues. Tant la consommation que la délinquance en lien avec les stups augmentent de manière inquiétante.

Selon Sciensano, la consommation de drogues en Région bruxelloise a augmenté entre 2013 et 2018 pour tous les types de drogues: + 53% du nombre autodéclaré de consommateurs de cannabis, + 56% pour l’ecstasy et même +67% pour la cocaïne. En 2018, la part des Bruxellois qui disent avoir consommé ces drogues au cours des douze mois précédant l’enquête de santé publique est de 12,4% pour le cannabis (7% des Belges), 3% pour la cocaïne (1,5% des Belges), 2,5% pour l’ecstasy (1,2% des Belges). Même si Sciensano ne dispose pas encore des chiffres bruxellois, il ne fait pas de doute que la crise sanitaire a augmenté le nombre de consommateurs et les volumes consommés au fil de l’année 2020.

Du côté policier, plus de 10 000 PV ont été dressés en 2020 en lien avec les drogues. La majorité (7 655) concernait des faits de détention et, dans une moindre mesure, les faits de commerce (1 523), d’importation/exportation (277) et de fabrication de stupéfiants (106). Cela traduit une légère surreprésentation bruxelloise, avec 17% des faits enregistrés dans l’ensemble du pays. L’ augmentation du nombre de PV est continue depuis 2015, tant pour le commerce de drogue (+ 36%) que pour la détention (+ 30%).

DR
DR© Le Vif

Le délit qui domine les affaires entrées en 2020 au parquet de Bruxelles est la détention (2 110 affaires), et ce, malgré la procédure des PV simplifiés (non transmis au parquet) pour la détention de cannabis en faibles quantités (< 3g) ou quand il s'agit d'une première fois. Cela suggère un nombre important de récidives, de détention de cannabis en grande quantité ou de détention d’autres stupéfiants. Les affaires de vente (1 750) sont en hausse de 17% par rapport à 2019 et de 66% par rapport à 2015. Elles sont deux fois plus nombreusesà Bruxelles que sur l’ensemble du territoire national. Même surreprésentation bruxelloise, en 2020, pour les affaires de vente de stupéfiants par des mineurs.

En 2020, des poursuites pénales ont été engagées dans une affaire sur deux de fabrication et dans quatre affaires sur dix de culture de stupéfiants. Idem pour une affaire sur quatre de vente et d’importation/exportation. En revanche, à peine 1% des affaires de détention a fait l’objet de poursuite (ce qui est de nature à relancer l’idée d’une légalisation du cannabis) .Plus de huit affaires sur dix en matière de détention sont classées sans suite.

Les infractions routières en matière de drogue au volant (815 faits enregistrés par la police en 2020) ont fortement augmenté en Région Bruxelles-Capitale depuis 2015 (+ 447%). Malgré la crise sanitaire, + 91% par rapport à 2019. Les contrevenants sont principalement des hommes (96%) jeunes (six sur dix sont âgés entre 21 et 30 ans).

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content