La RDC est confrontée à une pénurie de personnel qualifié dans le secteur de l'horeca, en l'absence d'écoles professionnelles. Un institut kinois d'enseignement supérieur dispense bien des cours, mais les hôtels se plaignent que les diplômés n'en sortent qu'avec des connaissances théoriques. Avec 3.000 à 5.000 délégués attendus cette semaine au sommet de la Francophonie, les autorités congolaises ont appelé la communauté internationale à donner un coup de pouce en matière de formation. La France et la Fédération Wallonie-Bruxelles ont répondu favorablement. Cette dernière a débloqué en tout 80.000 euros pour un programme qui a permis à environ 200 personnes de bénéficier d'un enseignement dispensé à Kinshasa, en plusieurs sessions, par la Haute Ecole Lucia De Brouckère. Il y a 15 jours, des enseignants ont également été dépêchés à la dernière minute pour former le personnel des villas où résideront certains chefs d'Etat. La Fédération Wallonie-Bruxelles envisage de pérenniser ce genre de programme, qui répond à une réelle demande au Congo. (PIERO POMPONI)

La RDC est confrontée à une pénurie de personnel qualifié dans le secteur de l'horeca, en l'absence d'écoles professionnelles. Un institut kinois d'enseignement supérieur dispense bien des cours, mais les hôtels se plaignent que les diplômés n'en sortent qu'avec des connaissances théoriques. Avec 3.000 à 5.000 délégués attendus cette semaine au sommet de la Francophonie, les autorités congolaises ont appelé la communauté internationale à donner un coup de pouce en matière de formation. La France et la Fédération Wallonie-Bruxelles ont répondu favorablement. Cette dernière a débloqué en tout 80.000 euros pour un programme qui a permis à environ 200 personnes de bénéficier d'un enseignement dispensé à Kinshasa, en plusieurs sessions, par la Haute Ecole Lucia De Brouckère. Il y a 15 jours, des enseignants ont également été dépêchés à la dernière minute pour former le personnel des villas où résideront certains chefs d'Etat. La Fédération Wallonie-Bruxelles envisage de pérenniser ce genre de programme, qui répond à une réelle demande au Congo. (PIERO POMPONI)