"Ces règles plus précises feront en sorte que moins de personnes souscriront des crédits sans être suffisamment informées, au risque de se retrouver dans des situations sans issue, criblées de dettes", défend le ministre en charge de la Protection des consommateurs, Johan Vande Lanotte (sp.a). Près de 320.000 Belges connaissent actuellement des difficultés de remboursement de crédit à la consommation (pour acheter une voiture, un réfrigérateur, se payer un voyage, etc.), et ce pour un montant global de 1,78 milliard d'euros. Pour limiter ces risques de surendettement, l'avant-projet vise à resserrer les conditions de démarchage en crédits. Déjà interdits à la vente de porte à porte, ceux-ci ne pourront plus à l'avenir être proposés à la vente en rue ou dans les stations de métro. L'envoi de propositions de crédits par la poste, par téléphone ou par courriel sans demande préalable sera prohibé. Tout comme il sera interdit à l'avenir de lier une réduction de prix de vente à la souscription d'un crédit. De plus, la mention "Attention, emprunter de l'argent coûte aussi de l'argent" devra dorénavant figurer dans toute publicité en matière de crédit. (Belga)

"Ces règles plus précises feront en sorte que moins de personnes souscriront des crédits sans être suffisamment informées, au risque de se retrouver dans des situations sans issue, criblées de dettes", défend le ministre en charge de la Protection des consommateurs, Johan Vande Lanotte (sp.a). Près de 320.000 Belges connaissent actuellement des difficultés de remboursement de crédit à la consommation (pour acheter une voiture, un réfrigérateur, se payer un voyage, etc.), et ce pour un montant global de 1,78 milliard d'euros. Pour limiter ces risques de surendettement, l'avant-projet vise à resserrer les conditions de démarchage en crédits. Déjà interdits à la vente de porte à porte, ceux-ci ne pourront plus à l'avenir être proposés à la vente en rue ou dans les stations de métro. L'envoi de propositions de crédits par la poste, par téléphone ou par courriel sans demande préalable sera prohibé. Tout comme il sera interdit à l'avenir de lier une réduction de prix de vente à la souscription d'un crédit. De plus, la mention "Attention, emprunter de l'argent coûte aussi de l'argent" devra dorénavant figurer dans toute publicité en matière de crédit. (Belga)