Dans la vidéo, le jeune homme de 19 ans est accompagné de deux amis et est filmé en train de se soulager à travers la clôture qui protège le réservoir. Selon l'horodatage de la vidéo, l'épisode se serait produit à 01H00 dans la nuit de mardi à mercredi. David Shaff, patron des services de l'eau de Portland, a expliqué que les 143 millions de litres d'eau souillée serait jetés et remplacés par de l'eau d'une source avoisinante, bien que les tests n'aient révélé aucune pollution occasionnée par le passage du jeune homme. "Nos clients attendent de leur eau qu'elle ne soit pas délibérément polluée. Nous sommes en mesure de satisfaire cette exigence tout en minimisant les risques pour la santé publique", a déclaré M. Shaff. Tim Hall, porte-parole des services de l'eau, a de son côté estimé que la mesure ne s'apparentait en aucun cas à du gaspillage. "Dès qu'une pollution d'origine humaine survient dans notre eau potable, nous fermons le réservoir, le vidons et le nettoyons", a-t-il indiqué. "Nous sommes dans la position enviable d'avoir de l'eau en abondance. Du coup, jeter cette eau n'aura aucun impact financier sur la ville ou pour nos clients". Mais la décision de Portland fait grincer des dents plus au sud, en Californie qui connaît l'une de pires sécheresses depuis plusieurs décennies. (Belga)

Dans la vidéo, le jeune homme de 19 ans est accompagné de deux amis et est filmé en train de se soulager à travers la clôture qui protège le réservoir. Selon l'horodatage de la vidéo, l'épisode se serait produit à 01H00 dans la nuit de mardi à mercredi. David Shaff, patron des services de l'eau de Portland, a expliqué que les 143 millions de litres d'eau souillée serait jetés et remplacés par de l'eau d'une source avoisinante, bien que les tests n'aient révélé aucune pollution occasionnée par le passage du jeune homme. "Nos clients attendent de leur eau qu'elle ne soit pas délibérément polluée. Nous sommes en mesure de satisfaire cette exigence tout en minimisant les risques pour la santé publique", a déclaré M. Shaff. Tim Hall, porte-parole des services de l'eau, a de son côté estimé que la mesure ne s'apparentait en aucun cas à du gaspillage. "Dès qu'une pollution d'origine humaine survient dans notre eau potable, nous fermons le réservoir, le vidons et le nettoyons", a-t-il indiqué. "Nous sommes dans la position enviable d'avoir de l'eau en abondance. Du coup, jeter cette eau n'aura aucun impact financier sur la ville ou pour nos clients". Mais la décision de Portland fait grincer des dents plus au sud, en Californie qui connaît l'une de pires sécheresses depuis plusieurs décennies. (Belga)