Le texte mentionne plus particulièrement des incidents survenus mardi, lors desquels une dizaine de colons habitant Esh Kodesh ont été battus et détenus par des habitants palestiniens de Qousra avant d'être évacués par l'armée israélienne, alertée par des responsables locaux palestiniens. Selon les autorités israéliennes, ces colons voulaient se livrer à des exactions dans le village, en réaction au déracinement par l'armée d'oliviers plantés sans autorisation à Esh Kodesh par les colons. A la suite de ces incidents, l'armée a déployé des renforts en Cisjordanie de crainte d'actes de vengeance de la part des colons les plus extrémistes, a indiqué la radio militaire. Dans la lettre, les avocats de la Paix Maintenant expliquent que la colonie sauvage, établie en 2001 sans l'autorisation du gouvernement israélien et en partie sur des terres détenues par des Palestiniens, est "devenue une menace pour les villages palestiniens voisins". Des colons extrémistes ainsi que des activistes d'extrême droite se livrent, sous l'appellation du "Prix à payer", à des agressions sur des villageois palestiniens ou arabes israéliens, des lieux de culte musulmans et chrétiens, des militants pacifistes israéliens, voire l'armée, après des décisions gouvernementales qu'ils jugent hostiles à leurs intérêts ou des actes attribués à des Palestiniens. (Belga)

Le texte mentionne plus particulièrement des incidents survenus mardi, lors desquels une dizaine de colons habitant Esh Kodesh ont été battus et détenus par des habitants palestiniens de Qousra avant d'être évacués par l'armée israélienne, alertée par des responsables locaux palestiniens. Selon les autorités israéliennes, ces colons voulaient se livrer à des exactions dans le village, en réaction au déracinement par l'armée d'oliviers plantés sans autorisation à Esh Kodesh par les colons. A la suite de ces incidents, l'armée a déployé des renforts en Cisjordanie de crainte d'actes de vengeance de la part des colons les plus extrémistes, a indiqué la radio militaire. Dans la lettre, les avocats de la Paix Maintenant expliquent que la colonie sauvage, établie en 2001 sans l'autorisation du gouvernement israélien et en partie sur des terres détenues par des Palestiniens, est "devenue une menace pour les villages palestiniens voisins". Des colons extrémistes ainsi que des activistes d'extrême droite se livrent, sous l'appellation du "Prix à payer", à des agressions sur des villageois palestiniens ou arabes israéliens, des lieux de culte musulmans et chrétiens, des militants pacifistes israéliens, voire l'armée, après des décisions gouvernementales qu'ils jugent hostiles à leurs intérêts ou des actes attribués à des Palestiniens. (Belga)