Les Afghans avaient été invités au cours de cette rencontre à réintroduire individuellement leurs demandes d'asile en y joignant de nouveaux éléments concernant notamment la situation dans leur pays d'origine. Pour Oscar Flores, porte-parole de la CRER (coordination contre les rafles les expulsions et pour la régularisation), cette proposition est un premier pas mais n'offre aucune garantie contre l'envoi des demandeurs d'asile en centres fermés ou l'expulsion des Afghans. "Seul un petit nombre d'Afghans va réintroduire une demande d'asile et nous verrons d'ici un mois, lors de notre prochaine rencontre avec le Premier ministre, comment les dossiers ont été traités et si des solutions concrètes ont été trouvées", a indiqué M. Flores. Selon Samir Hamrad, le reste du groupe des Afghans du Béguinage dont il est le porte-parole, cessera son occupation de l'église et introduira une nouvelle demande d'asile quand un moratoire contre les expulsions des Afghans aura été instauré. (Belga)

Les Afghans avaient été invités au cours de cette rencontre à réintroduire individuellement leurs demandes d'asile en y joignant de nouveaux éléments concernant notamment la situation dans leur pays d'origine. Pour Oscar Flores, porte-parole de la CRER (coordination contre les rafles les expulsions et pour la régularisation), cette proposition est un premier pas mais n'offre aucune garantie contre l'envoi des demandeurs d'asile en centres fermés ou l'expulsion des Afghans. "Seul un petit nombre d'Afghans va réintroduire une demande d'asile et nous verrons d'ici un mois, lors de notre prochaine rencontre avec le Premier ministre, comment les dossiers ont été traités et si des solutions concrètes ont été trouvées", a indiqué M. Flores. Selon Samir Hamrad, le reste du groupe des Afghans du Béguinage dont il est le porte-parole, cessera son occupation de l'église et introduira une nouvelle demande d'asile quand un moratoire contre les expulsions des Afghans aura été instauré. (Belga)