Les utilisateurs de l'aérodrome de Spa, à savoir le Royal Aéro Para Club de Spa, le Skydive de Spa et propriétaires d'avions privés basés à Spa veulent par cette action symbolique "dénoncer l'attitude de Spadel qui utilise un processus d'intimidation car l'entreprise spécule sur le terrain". D'après les utilisateurs du site, qui attire chaque année 50.000 personnes, Spadel se réfugie derrière des arguments d'ordre écologique afin de préserver la qualité des sources mais "il convoite surtout le site afin d'y réaliser vraisemblablement des projets immobiliers parlant de développement de l'Horeca, d'un camp nature et d'extension des activités du CRIE de Berinzenne", soulignent encore les utilisateurs. Le tribunal de première instance de Verviers, siégeant en référé, se penchera le 4 avril sur l'action introduite, contre la SOWAER et la Région wallonne, par la ville de Spa qui veut faire valoir ses droits quant à l'application du bail qui confie l'exploitation de l'aérodrome à la Région. (COR 560)

Les utilisateurs de l'aérodrome de Spa, à savoir le Royal Aéro Para Club de Spa, le Skydive de Spa et propriétaires d'avions privés basés à Spa veulent par cette action symbolique "dénoncer l'attitude de Spadel qui utilise un processus d'intimidation car l'entreprise spécule sur le terrain". D'après les utilisateurs du site, qui attire chaque année 50.000 personnes, Spadel se réfugie derrière des arguments d'ordre écologique afin de préserver la qualité des sources mais "il convoite surtout le site afin d'y réaliser vraisemblablement des projets immobiliers parlant de développement de l'Horeca, d'un camp nature et d'extension des activités du CRIE de Berinzenne", soulignent encore les utilisateurs. Le tribunal de première instance de Verviers, siégeant en référé, se penchera le 4 avril sur l'action introduite, contre la SOWAER et la Région wallonne, par la ville de Spa qui veut faire valoir ses droits quant à l'application du bail qui confie l'exploitation de l'aérodrome à la Région. (COR 560)