"Quatre personnes ont été arrêtées en Espagne - trois à Melilla et une à Malaga -, parmi lesquels le responsable de la cellule, et trois au Maroc", a indiqué le ministère, précisant que l'opération avait été menée conjointement par les polices espagnole et marocaine. A Melilla, enclave espagnole située dans le nord du Maroc, outre le chef présumé de la cellule, la police a arrêté deux Français, "qui allaient se rendre en Syrie pour faire le jihad". Selon le ministère, il s'agit de "la cellule la plus importante responsable de l'envoi de jihadistes en Syrie et dans d'autres zones de conflits" et "le réseau avait des ramifications au Maroc, en Belgique, en France, en Tunisie, en Turquie, en Libye, au Mali, en Indonésie et en Syrie, entre autres". S'agissant du "cerveau" de la cellule, il (le chef présumé) a lui-même un temps résidé à Laroui avant de s'installer dans l'enclave, d'où il est parvenu "à envoyer un groupe de volontaires de différentes nationalités pour aller combattre au Mali, en Syrie et en Libye", a indiqué le ministère marocain de l'Intérieur. (Belga)

"Quatre personnes ont été arrêtées en Espagne - trois à Melilla et une à Malaga -, parmi lesquels le responsable de la cellule, et trois au Maroc", a indiqué le ministère, précisant que l'opération avait été menée conjointement par les polices espagnole et marocaine. A Melilla, enclave espagnole située dans le nord du Maroc, outre le chef présumé de la cellule, la police a arrêté deux Français, "qui allaient se rendre en Syrie pour faire le jihad". Selon le ministère, il s'agit de "la cellule la plus importante responsable de l'envoi de jihadistes en Syrie et dans d'autres zones de conflits" et "le réseau avait des ramifications au Maroc, en Belgique, en France, en Tunisie, en Turquie, en Libye, au Mali, en Indonésie et en Syrie, entre autres". S'agissant du "cerveau" de la cellule, il (le chef présumé) a lui-même un temps résidé à Laroui avant de s'installer dans l'enclave, d'où il est parvenu "à envoyer un groupe de volontaires de différentes nationalités pour aller combattre au Mali, en Syrie et en Libye", a indiqué le ministère marocain de l'Intérieur. (Belga)