Le petit vautour peut déjà être observé par le public dans la volière des vautours moines au complexe du Jubilé du zoo d'Anvers, situé à côté des otaries. Il devrait rester au zoo jusqu'à l'automne avant de rejoindre la volière du parc animalier Planckendael. Cette naissance est d'ailleurs "une excellente nouvelle pour le programme d'élevage européen de cette espèce menacée que dirige Planckendael", souligne la Société Royale de Zoologie d'Anvers. Le vautour moine est le plus grand rapace d'Europe. L'espèce est menacée, principalement en raison des risques d'empoisonnement, de la perturbation des lieux de nidification et de la raréfaction des sources de nourriture. Le zoo d'Anvers et Planckendael luttent pour préserver et développer la population sauvage et celle des parcs animaliers. Planckendael dispose ainsi d'une volière matrimoniale, où des vautours moines en provenance d'autres parcs européens et à la recherche d'un partenaire y reçoivent l'opportunité de former un couple. (Belga)

Le petit vautour peut déjà être observé par le public dans la volière des vautours moines au complexe du Jubilé du zoo d'Anvers, situé à côté des otaries. Il devrait rester au zoo jusqu'à l'automne avant de rejoindre la volière du parc animalier Planckendael. Cette naissance est d'ailleurs "une excellente nouvelle pour le programme d'élevage européen de cette espèce menacée que dirige Planckendael", souligne la Société Royale de Zoologie d'Anvers. Le vautour moine est le plus grand rapace d'Europe. L'espèce est menacée, principalement en raison des risques d'empoisonnement, de la perturbation des lieux de nidification et de la raréfaction des sources de nourriture. Le zoo d'Anvers et Planckendael luttent pour préserver et développer la population sauvage et celle des parcs animaliers. Planckendael dispose ainsi d'une volière matrimoniale, où des vautours moines en provenance d'autres parcs européens et à la recherche d'un partenaire y reçoivent l'opportunité de former un couple. (Belga)