"Chaque année, nous nous rassemblons pour commémorer le triste anniversaire de la mort de Semira Adamu, assassinée par l'Etat belge dans le cadre d'un durcissement de sa politique d'expulsion. Son décès avait, à l'époque, suscité beaucoup d'émotion et une prise de conscience de la réalité des centres fermés. Il avait également attiré l'attention sur les aspects les plus répressifs de la politique de migration et d'asile", a expliqué Mathieu Bietlot, coordinateur de Bruxelles Laïque. Sémira Adamu avait été étouffée par un coussin maintenu sur son visage par des gendarmes lors d'une sixième tentative d'expulsion. "Evoquer sa mémoire est une façon de continuer à sensibiliser la population à ces problématiques et aux violations régulières des droits humains qui en découlent. Les expulsions se font de plus en plus par vols collectifs et militarisés sans témoins extérieurs. Depuis 15 ans, la 'technique du coussin' n'existe plus mais d'autres techniques dangereuses sont utilisées lors des expulsions. Nous demandons donc la suppression des centres fermés et l'interdiction des expulsions sous contraintes dont les coûts humain et financier sont trop élevés", a-t-il ajouté. (Belga)

"Chaque année, nous nous rassemblons pour commémorer le triste anniversaire de la mort de Semira Adamu, assassinée par l'Etat belge dans le cadre d'un durcissement de sa politique d'expulsion. Son décès avait, à l'époque, suscité beaucoup d'émotion et une prise de conscience de la réalité des centres fermés. Il avait également attiré l'attention sur les aspects les plus répressifs de la politique de migration et d'asile", a expliqué Mathieu Bietlot, coordinateur de Bruxelles Laïque. Sémira Adamu avait été étouffée par un coussin maintenu sur son visage par des gendarmes lors d'une sixième tentative d'expulsion. "Evoquer sa mémoire est une façon de continuer à sensibiliser la population à ces problématiques et aux violations régulières des droits humains qui en découlent. Les expulsions se font de plus en plus par vols collectifs et militarisés sans témoins extérieurs. Depuis 15 ans, la 'technique du coussin' n'existe plus mais d'autres techniques dangereuses sont utilisées lors des expulsions. Nous demandons donc la suppression des centres fermés et l'interdiction des expulsions sous contraintes dont les coûts humain et financier sont trop élevés", a-t-il ajouté. (Belga)