La chambre des mises en accusation de Gand avait déjà rappelé à l'ordre Yves Vanmaele, l'automne dernier alors que cinq affaires menaçaient d'être prescrites. Celles-ci avaient été retirées à ce magistrat d'expérience. Depuis début mars, une affaire d'une autre dimension inquiète la justice gantoise. Elle soupçonne le juge d'instruction d'avoir laissé traîner une instruction concernant une escroquerie portant sur la construction d'appartements de luxe à la côte. Les suspects ont mis les voiles, emportant quelque 7,5 millions d'euros en Espagne, et laissant en plan quelque 300 clients floués. Selon des indications dont dispose aujourd'hui la justice gantoise, le juge Vanmaele aurait non seulement ralenti son instruction mais on le soupçonne également d'avoir écarter de l'enquête quelques riches suspects. Le parquet général cherche également à savoir si des fonctionnaires de police, d'autres magistrats et des avocats ne seraient pas concernés. Il est également question d'une possible couverture pour un trafic de cigarettes, des faits liés à la drogue et d'autres escroqueries. (MUA)

La chambre des mises en accusation de Gand avait déjà rappelé à l'ordre Yves Vanmaele, l'automne dernier alors que cinq affaires menaçaient d'être prescrites. Celles-ci avaient été retirées à ce magistrat d'expérience. Depuis début mars, une affaire d'une autre dimension inquiète la justice gantoise. Elle soupçonne le juge d'instruction d'avoir laissé traîner une instruction concernant une escroquerie portant sur la construction d'appartements de luxe à la côte. Les suspects ont mis les voiles, emportant quelque 7,5 millions d'euros en Espagne, et laissant en plan quelque 300 clients floués. Selon des indications dont dispose aujourd'hui la justice gantoise, le juge Vanmaele aurait non seulement ralenti son instruction mais on le soupçonne également d'avoir écarter de l'enquête quelques riches suspects. Le parquet général cherche également à savoir si des fonctionnaires de police, d'autres magistrats et des avocats ne seraient pas concernés. Il est également question d'une possible couverture pour un trafic de cigarettes, des faits liés à la drogue et d'autres escroqueries. (MUA)