Comment cela fonctionne-t-il ?

Deux électrodes sont placées sur le bracelet : le premier est en contact avec le poignet et l'autre se situe dans la boucle de fermeture. "Lorsque l'usager place le doigt de sa main opposée sur la boucle, il rétablit le cycle électrique du corps, et le bracelet fonctionne alors comme un électrocardiogramme. Nymi vérifie alors le rythme cardiaque de l'utilisateur en le comparant au modèle préalablement enregistré", a expliqué au Figaro Karl Martin, PDG de l'entreprise Biomyn qui commercialise ce bracelet.

Si les pics des électrocardiogrammes correspondent, l'identité de l'utilisateur est alors confirmée. Le bracelet la communique via Bluetooth à une application installée sur l'appareil que l'on souhaite contrôler et le se déverrouille.

L'empreinte cardiaque, fiable à 100 % ?

Selon l'hebdomadaire britannique The Economist, l'empreinte cardiaque ne serait pas un système fiable. En effet, certains usagers craignent que leur empreinte cardiaque évolue à cause du vieillissement ou d'une activité physique plus ou moins forte. Il leur serait alors impossible de s'authentifier.

D'après une étude réalisée au préalable par l'entreprise Biomyn sur cinq années, le vieillissement et l'activité physique ne provoqueraient pas de changements notables, puisqu'ils agiraient seulement sur la fréquence cardiaque, et non l'intégralité de l'électrocardiogramme.

À l'heure actuelle Nymi est encore au stade de prototype, mais il pourrait être disponible au début du printemps prochain.

Comment cela fonctionne-t-il ?Deux électrodes sont placées sur le bracelet : le premier est en contact avec le poignet et l'autre se situe dans la boucle de fermeture. "Lorsque l'usager place le doigt de sa main opposée sur la boucle, il rétablit le cycle électrique du corps, et le bracelet fonctionne alors comme un électrocardiogramme. Nymi vérifie alors le rythme cardiaque de l'utilisateur en le comparant au modèle préalablement enregistré", a expliqué au Figaro Karl Martin, PDG de l'entreprise Biomyn qui commercialise ce bracelet. Si les pics des électrocardiogrammes correspondent, l'identité de l'utilisateur est alors confirmée. Le bracelet la communique via Bluetooth à une application installée sur l'appareil que l'on souhaite contrôler et le se déverrouille.L'empreinte cardiaque, fiable à 100 % ?Selon l'hebdomadaire britannique The Economist, l'empreinte cardiaque ne serait pas un système fiable. En effet, certains usagers craignent que leur empreinte cardiaque évolue à cause du vieillissement ou d'une activité physique plus ou moins forte. Il leur serait alors impossible de s'authentifier. D'après une étude réalisée au préalable par l'entreprise Biomyn sur cinq années, le vieillissement et l'activité physique ne provoqueraient pas de changements notables, puisqu'ils agiraient seulement sur la fréquence cardiaque, et non l'intégralité de l'électrocardiogramme.À l'heure actuelle Nymi est encore au stade de prototype, mais il pourrait être disponible au début du printemps prochain.