Un ouvrier qui effectuait des travaux d'urgence sur la toiture a constaté qu'un moellon gisait dans une corniche. Les pompiers ont été appelés sur place et, à l'aide d'une nacelle, ils ont retiré la pierre, pesant probablement plusieurs dizaines de kilos, explique Gérald de Hemptinne, coordinateur de Conservamus. L'ASBL a répété l'urgence de mener des travaux de rénovation à un Conservatoire détenu par l'Etat belge mais utilisé par les Communautés (française et flamande). Un business plan a été élaboré estimant à 39 millions d'euros le montant nécessaire à la rénovation. L'ASBL a également rédigé une proposition de loi qui a été présentée en mai 2011. Cette proposition, "soutenue par la majorité", prévoit la création d'une société de droit public chargée dans un premier temps de gérer les travaux de restauration et ensuite d'exploiter le site. "L'Etat et les Communautés doivent maintenant avoir le courage de créer cette société", souligne M. de Hemptinnne, rappelant que pour un bâtiment classé comme le Conservatoire, la rénovation constitue la seule issue possible. "Actuellement, près d'un tiers du bâtiment a été fermé par les pompiers par mesure de sécurité, ce qui pose d'immenses problèmes pour l'enseignement et le travail des étudiants", insiste le coordinateur. (Belga)

Un ouvrier qui effectuait des travaux d'urgence sur la toiture a constaté qu'un moellon gisait dans une corniche. Les pompiers ont été appelés sur place et, à l'aide d'une nacelle, ils ont retiré la pierre, pesant probablement plusieurs dizaines de kilos, explique Gérald de Hemptinne, coordinateur de Conservamus. L'ASBL a répété l'urgence de mener des travaux de rénovation à un Conservatoire détenu par l'Etat belge mais utilisé par les Communautés (française et flamande). Un business plan a été élaboré estimant à 39 millions d'euros le montant nécessaire à la rénovation. L'ASBL a également rédigé une proposition de loi qui a été présentée en mai 2011. Cette proposition, "soutenue par la majorité", prévoit la création d'une société de droit public chargée dans un premier temps de gérer les travaux de restauration et ensuite d'exploiter le site. "L'Etat et les Communautés doivent maintenant avoir le courage de créer cette société", souligne M. de Hemptinnne, rappelant que pour un bâtiment classé comme le Conservatoire, la rénovation constitue la seule issue possible. "Actuellement, près d'un tiers du bâtiment a été fermé par les pompiers par mesure de sécurité, ce qui pose d'immenses problèmes pour l'enseignement et le travail des étudiants", insiste le coordinateur. (Belga)