Alors que la tension reste vive dans l'est du pays, où des séparatistes pro-russes exigent un référendum sur le rattachement à la Russie ou une "fédéralisation" du pays, les autorités russes ont fustigé quant à eux l'attitude occidentale concernant la crise ukrainienne. L'"hypocrisie dépasse les bornes", a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. "On peut se souvenir que la violence sur le Maïdan (la place de Kiev épicentre de la contestation pro-européenne, ndlr), qui s'est soldée par des dizaines et des dizaines de morts, était qualifiée de démocratie, alors qu'on parle de terrorisme à propos des manifestations pacifiques qui ont lieu maintenant dans le sud-est", a déclaré M. Lavrov lors d'une conférence de presse, omettant de préciser que les insurgés pro-russes qui y sévissent sont armés, organisés et occupent de force des bâtiments de l'administration publique. Moscou s'offusque par ailleurs d'une récente visite du chef de la CIA américaine à Kiev. "Nous voulons notamment comprendre ce que signifient les informations sur une visite urgente à Kiev du directeur de la CIA", a déclaré le chef de la diplomatie russe. "On ne nous a pour l'instant pas fourni d'explications convaincantes", a-t-il ajouté. (Belga)

Alors que la tension reste vive dans l'est du pays, où des séparatistes pro-russes exigent un référendum sur le rattachement à la Russie ou une "fédéralisation" du pays, les autorités russes ont fustigé quant à eux l'attitude occidentale concernant la crise ukrainienne. L'"hypocrisie dépasse les bornes", a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. "On peut se souvenir que la violence sur le Maïdan (la place de Kiev épicentre de la contestation pro-européenne, ndlr), qui s'est soldée par des dizaines et des dizaines de morts, était qualifiée de démocratie, alors qu'on parle de terrorisme à propos des manifestations pacifiques qui ont lieu maintenant dans le sud-est", a déclaré M. Lavrov lors d'une conférence de presse, omettant de préciser que les insurgés pro-russes qui y sévissent sont armés, organisés et occupent de force des bâtiments de l'administration publique. Moscou s'offusque par ailleurs d'une récente visite du chef de la CIA américaine à Kiev. "Nous voulons notamment comprendre ce que signifient les informations sur une visite urgente à Kiev du directeur de la CIA", a déclaré le chef de la diplomatie russe. "On ne nous a pour l'instant pas fourni d'explications convaincantes", a-t-il ajouté. (Belga)