Didier Reynders, Frans Timmermans et Jean Asselborn rejoindront dimanche soir la capitale ukrainienne, où ils s'entretiendront notamment avec le président intérimaire Oleksandre Tourtchinov, et avec le chef de la diplomatie Andrii Dechtchitsa. Des contacts sont également prévus avec les ONG et la société civile. Il s'agit du second voyage conjoint des trois ministres. En septembre, il s'étaient rendus en Moldavie et en Géorgie, en préparation du sommet de Vilnius (en Lituanie, où le président ukrainien Viktor Ianoukovitch refusa de signer un accord commercial avec l'Union, marquant le début de la crise dans son pays). "Ensemble, nous pesons aussi lourd qu'un grand pays de l'Union, d'autant plus que le Luxembourg exerce actuellement la présidence du Conseil de sécurité de l'ONU", souligne M. Reynders. Les pays baltes, ceux du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie) et les Scandinaves en font autant, ajoute-t-il. La visite du Bénélux est en outre soutenue par la Haute représentante pour la politique étrangère de l'Union, Catherine Ashton. Les trois ministres défendront la position commune européenne, approuvée au sommet jeudi dernier. M. Reynders insiste sur la protection des minorités et sur l'autonomie accrue de certaines régions. Il évoque une décentralisation en faveur de la Crimée, mais aussi d'autres provinces du pays. (Belga)

Didier Reynders, Frans Timmermans et Jean Asselborn rejoindront dimanche soir la capitale ukrainienne, où ils s'entretiendront notamment avec le président intérimaire Oleksandre Tourtchinov, et avec le chef de la diplomatie Andrii Dechtchitsa. Des contacts sont également prévus avec les ONG et la société civile. Il s'agit du second voyage conjoint des trois ministres. En septembre, il s'étaient rendus en Moldavie et en Géorgie, en préparation du sommet de Vilnius (en Lituanie, où le président ukrainien Viktor Ianoukovitch refusa de signer un accord commercial avec l'Union, marquant le début de la crise dans son pays). "Ensemble, nous pesons aussi lourd qu'un grand pays de l'Union, d'autant plus que le Luxembourg exerce actuellement la présidence du Conseil de sécurité de l'ONU", souligne M. Reynders. Les pays baltes, ceux du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie) et les Scandinaves en font autant, ajoute-t-il. La visite du Bénélux est en outre soutenue par la Haute représentante pour la politique étrangère de l'Union, Catherine Ashton. Les trois ministres défendront la position commune européenne, approuvée au sommet jeudi dernier. M. Reynders insiste sur la protection des minorités et sur l'autonomie accrue de certaines régions. Il évoque une décentralisation en faveur de la Crimée, mais aussi d'autres provinces du pays. (Belga)