"Evidemment, c'est une provocation", a répondu M. Choïgou, cité par l'agence officielle Itar-Tass. Il était interrogé sur des photos parues dans les médias, dont le journal d'opposition The New Times, de véhicules blindés avec des plaques d'immatriculation russes. Il a aussi qualifié d'"absurdité" une vidéo mise en ligne sur You Tube par le site ukrainien UkrStream.tv et reprise par l'agence Interfax, dans laquelle un homme en tenue de camouflage et avec un casque dit en Russe être un citoyen russe. "Nous menons une opération de sécurité pour qu'il n'y ait pas d'attaque terroriste", ajoute cet homme dans la vidéo. Derrière lui, on voit plusieurs hommes en armes, aucun ne portant de signe d'identification, et des camions militaires. M. Choïgou a par ailleurs dit n'avoir "aucune idée" de la raison pour laquelle des forces décrites par le président Vladimir Poutine mardi comme des "groupes d'auto-défense locaux" pouvaient se déplacer à bord de véhicules blindés Lynx ou Tigre, utilisés par l'armée russe. Le site d'informations gazeta.ru a écrit dans un reportage publié mardi qu'"à l'approche de Simféropol, dans le village de Tchistenkoïe, il y a 30 Lynx". Des images tournées par l'AFP et plusieurs vidéos mises en ligne sur YouTube ont montré des camions et véhicules blindés portant des plaques d'immatriculation russes roulant sur des routes en Crimée. (Belga)

"Evidemment, c'est une provocation", a répondu M. Choïgou, cité par l'agence officielle Itar-Tass. Il était interrogé sur des photos parues dans les médias, dont le journal d'opposition The New Times, de véhicules blindés avec des plaques d'immatriculation russes. Il a aussi qualifié d'"absurdité" une vidéo mise en ligne sur You Tube par le site ukrainien UkrStream.tv et reprise par l'agence Interfax, dans laquelle un homme en tenue de camouflage et avec un casque dit en Russe être un citoyen russe. "Nous menons une opération de sécurité pour qu'il n'y ait pas d'attaque terroriste", ajoute cet homme dans la vidéo. Derrière lui, on voit plusieurs hommes en armes, aucun ne portant de signe d'identification, et des camions militaires. M. Choïgou a par ailleurs dit n'avoir "aucune idée" de la raison pour laquelle des forces décrites par le président Vladimir Poutine mardi comme des "groupes d'auto-défense locaux" pouvaient se déplacer à bord de véhicules blindés Lynx ou Tigre, utilisés par l'armée russe. Le site d'informations gazeta.ru a écrit dans un reportage publié mardi qu'"à l'approche de Simféropol, dans le village de Tchistenkoïe, il y a 30 Lynx". Des images tournées par l'AFP et plusieurs vidéos mises en ligne sur YouTube ont montré des camions et véhicules blindés portant des plaques d'immatriculation russes roulant sur des routes en Crimée. (Belga)