"Nous avions annoncé en janvier notre capacité à bloquer des contenus. Nous en faisons pour la première fois usage au sujet d'un groupe jugé illégal en Allemagne", a écrit le conseiller juridique de Twitter, Alex Macgillivray, dans un message sur son compte @amac. (JAV)

"Nous avions annoncé en janvier notre capacité à bloquer des contenus. Nous en faisons pour la première fois usage au sujet d'un groupe jugé illégal en Allemagne", a écrit le conseiller juridique de Twitter, Alex Macgillivray, dans un message sur son compte @amac. (JAV)