Au PLR séjournent des détenus condamnés à minimum une peine ferme de quelques années et dont il ne reste qu'un an ou un an et demi à purger. Quelque 60 détenus, principalement des anciens drogués, réapprennent à Ruiselede à côtoyer les autres, doivent travailler et peuvent suivre une formation pour retrouver plus vite du travail après leur libération. Les chiffres montrent que le taux de récidive est ici très bas. Quelque 80 pc respectent après leur libération les conditions établies. "C'est ce vers quoi nous souhaitons aller pour les prisons. Nous travaillons depuis longtemps à la diversification des peines, comme le bracelet électronique", a déclaré Annemie Turtelboom. Le système d'application à Ruiselede sera testé ailleurs, notamment à la section des femmes de la nouvelle prison d'Haren. (Belga)

Au PLR séjournent des détenus condamnés à minimum une peine ferme de quelques années et dont il ne reste qu'un an ou un an et demi à purger. Quelque 60 détenus, principalement des anciens drogués, réapprennent à Ruiselede à côtoyer les autres, doivent travailler et peuvent suivre une formation pour retrouver plus vite du travail après leur libération. Les chiffres montrent que le taux de récidive est ici très bas. Quelque 80 pc respectent après leur libération les conditions établies. "C'est ce vers quoi nous souhaitons aller pour les prisons. Nous travaillons depuis longtemps à la diversification des peines, comme le bracelet électronique", a déclaré Annemie Turtelboom. Le système d'application à Ruiselede sera testé ailleurs, notamment à la section des femmes de la nouvelle prison d'Haren. (Belga)