"Deux talibans qui installaient des mines ont été identifiés, visés par l'Isaf depuis les airs et tués. Trois enfants, deux garçons et une fille, qui cherchaient du bois à proximité, ont également été tués", a indiqué à l'AFP Ahmad Shah Khan, le chef de la police de district de Nawa, dans la province très instable du Helmand, où l'incident s'est produit. Farid Ahmad Farhang, un porte-parole de la province du Helmand, a confirmé les faits ainsi que le bilan. Un porte-parole de l'Isaf, la force armée de l'Otan en Afghanistan, joint par l'AFP, a reconnu qu'un bombardement a eu lieu, tuant trois insurgés. L'Isaf a ajouté enquêter sur la mort éventuelle d'enfants. Les bombardements sont depuis longtemps un sujet de friction entre le président Hamid Karzaï et ses alliés de l'Otan, qui portent à bout de bras son fragile gouvernement face à l'insurrection talibane. Début juin, une attaque aérienne dans le Logar (sud de Kaboul) avait fait 18 morts parmi les civils, pour la plupart des femmes et des enfants, causant la colère de la population. L'Otan s'était par la suite engagé à ne plus cibler des zones d'habitation, avait indiqué le chef de l'Etat afghan, courroucé par ces attaques aériennes. Quelque 13.000 civils sont morts des suites du conflit entre 2007 et l'été 2012 en Afghanistan, selon l'Otan. (VIM)

"Deux talibans qui installaient des mines ont été identifiés, visés par l'Isaf depuis les airs et tués. Trois enfants, deux garçons et une fille, qui cherchaient du bois à proximité, ont également été tués", a indiqué à l'AFP Ahmad Shah Khan, le chef de la police de district de Nawa, dans la province très instable du Helmand, où l'incident s'est produit. Farid Ahmad Farhang, un porte-parole de la province du Helmand, a confirmé les faits ainsi que le bilan. Un porte-parole de l'Isaf, la force armée de l'Otan en Afghanistan, joint par l'AFP, a reconnu qu'un bombardement a eu lieu, tuant trois insurgés. L'Isaf a ajouté enquêter sur la mort éventuelle d'enfants. Les bombardements sont depuis longtemps un sujet de friction entre le président Hamid Karzaï et ses alliés de l'Otan, qui portent à bout de bras son fragile gouvernement face à l'insurrection talibane. Début juin, une attaque aérienne dans le Logar (sud de Kaboul) avait fait 18 morts parmi les civils, pour la plupart des femmes et des enfants, causant la colère de la population. L'Otan s'était par la suite engagé à ne plus cibler des zones d'habitation, avait indiqué le chef de l'Etat afghan, courroucé par ces attaques aériennes. Quelque 13.000 civils sont morts des suites du conflit entre 2007 et l'été 2012 en Afghanistan, selon l'Otan. (VIM)