La lettre anonyme est arrivée mercredi chez Securail, les services de sécurité des chemins de fer, à Charleroi et évoquait une bombe. Celle-ci devait exploser mercredi à 16h dans un train entre Charleroi et Anvers et une autre jeudi matin. L'auteur de la lettre faisait également mention d'explosifs dans les gares de Charleroi, Bruxelles-Midi et Anvers-Central. Le train concerné, qui roulait entre Charleroi et Essen, a été immobilisé mercredi après-midi à Anvers-Central et évacué. La police a fouillé le train et une partie de la station. Elle n'a rien trouvé. La police des chemins de fer a également inspecté la gare de Bruxelles-Midi, où les mesures de sécurité avaient été renforcées en raison du sommet européen. Aucun élément n'y a été découvert. Une fouille a également eu lieu à l'aéroport de Charleroi. La police fédérale n'avait pas encore de résultats définitifs. (Belga)

La lettre anonyme est arrivée mercredi chez Securail, les services de sécurité des chemins de fer, à Charleroi et évoquait une bombe. Celle-ci devait exploser mercredi à 16h dans un train entre Charleroi et Anvers et une autre jeudi matin. L'auteur de la lettre faisait également mention d'explosifs dans les gares de Charleroi, Bruxelles-Midi et Anvers-Central. Le train concerné, qui roulait entre Charleroi et Essen, a été immobilisé mercredi après-midi à Anvers-Central et évacué. La police a fouillé le train et une partie de la station. Elle n'a rien trouvé. La police des chemins de fer a également inspecté la gare de Bruxelles-Midi, où les mesures de sécurité avaient été renforcées en raison du sommet européen. Aucun élément n'y a été découvert. Une fouille a également eu lieu à l'aéroport de Charleroi. La police fédérale n'avait pas encore de résultats définitifs. (Belga)