Pour les faits du 22 février 2011, le prévenu affirmait qu'il s'agissait d'un réflexe de défense, involontaire, alors que son visage était couvert d'un drap posé pour lui dispenser des soins. Le tribunal, dans son jugement, estime que ces explications ne sont pas crédibles. L'infirmière a subi plusieurs jours d'incapacité et la justice souligne la violence inacceptable exercée à l'encontre d'une personne qui tentait de soigner le prévenu. La hauteur de la peine est justifiée également par l'état de récidive et les antécédents judiciaires du prévenu, qui n'a plus droit au sursis. Bryan P. sera appelé à rendre d'autres comptes devant la justice, puisqu'il est détention préventive dans le dossier du meurtre d'Anne-Françoise Maque, une Nivelloise disparue en 2006, dont le corps a été retrouvé l'an dernier. Elle a été tuée par plusieurs jeunes nivellois, qui avaient ensuite dissimulé son cadavre dans un talus de la ligne de chemin de fer Nivelles-Charleroi. (Belga)

Pour les faits du 22 février 2011, le prévenu affirmait qu'il s'agissait d'un réflexe de défense, involontaire, alors que son visage était couvert d'un drap posé pour lui dispenser des soins. Le tribunal, dans son jugement, estime que ces explications ne sont pas crédibles. L'infirmière a subi plusieurs jours d'incapacité et la justice souligne la violence inacceptable exercée à l'encontre d'une personne qui tentait de soigner le prévenu. La hauteur de la peine est justifiée également par l'état de récidive et les antécédents judiciaires du prévenu, qui n'a plus droit au sursis. Bryan P. sera appelé à rendre d'autres comptes devant la justice, puisqu'il est détention préventive dans le dossier du meurtre d'Anne-Françoise Maque, une Nivelloise disparue en 2006, dont le corps a été retrouvé l'an dernier. Elle a été tuée par plusieurs jeunes nivellois, qui avaient ensuite dissimulé son cadavre dans un talus de la ligne de chemin de fer Nivelles-Charleroi. (Belga)