Les débats ont peu progressé lundi dans le dossier "Carolo-bis" qui était évoqué devant la 6e chambre du tribunal correctionnel de Charleroi. Selon le premier substitut Nabil Sanhaji, le médecin légiste qui a réexaminé Claude Despiegeleer en avril a confirmé son état de santé physique et psychique précaire, et son incapacité pour une durée de 4 à 6 mois. Le prévenu ayant le droit d'être présent ou représenté par un avocat, qu'il ne peut plus honorer, le tribunal se trouve actuellement dans une impasse. Le parquet précise par ailleurs que des accords sont tombés avec six prévenus pour des transactions financières. Il s'agit d'Eric Somme, de Jeannine Button, de Jean-Pol Incecca, des entrepreneurs De Meuteur et Bellemans et de la société IG Coordination. D'autres accords sont sur le point d'être conclus. Le parquet abandonne enfin ses poursuites à l'égard de Pol Locicero, estimant que seule sa société (Seeplex) est pénalement responsable. L'affaire a finalement été remise au 2 septembre, le tribunal espérant poursuivre l'instruction d'audience malgré l'absence, peut-être définitive, de Claude Despiegeleer. (Belga)

Les débats ont peu progressé lundi dans le dossier "Carolo-bis" qui était évoqué devant la 6e chambre du tribunal correctionnel de Charleroi. Selon le premier substitut Nabil Sanhaji, le médecin légiste qui a réexaminé Claude Despiegeleer en avril a confirmé son état de santé physique et psychique précaire, et son incapacité pour une durée de 4 à 6 mois. Le prévenu ayant le droit d'être présent ou représenté par un avocat, qu'il ne peut plus honorer, le tribunal se trouve actuellement dans une impasse. Le parquet précise par ailleurs que des accords sont tombés avec six prévenus pour des transactions financières. Il s'agit d'Eric Somme, de Jeannine Button, de Jean-Pol Incecca, des entrepreneurs De Meuteur et Bellemans et de la société IG Coordination. D'autres accords sont sur le point d'être conclus. Le parquet abandonne enfin ses poursuites à l'égard de Pol Locicero, estimant que seule sa société (Seeplex) est pénalement responsable. L'affaire a finalement été remise au 2 septembre, le tribunal espérant poursuivre l'instruction d'audience malgré l'absence, peut-être définitive, de Claude Despiegeleer. (Belga)