Tout sur Zone euro

Le commissaire européen chargé de l'Euro, Valdis Dombrovksis, a assuré mardi que les travaux menés sur l'approfondissement de l'Union économique et monétaire (UEM) étaient menés dans la "plus grande transparence" vis-à-vis des pays non-membres de l'eurozone, alors que le Royaume-Uni demandait le jour même que l'UE garantisse qu'aucune discrimination n'ait lieu entre les deux ensembles de pays.

Le N-VA Van Overtveldt a soutenu l'Allemagne. Le Premier MR Charles Michel a contribué à éviter le Grexit. Le CD&V a défendu une ligne modérée. Et Verhofstadt a réclamé plus d'Europe. Le psychodrame grec fut, aussi, une métaphore de notre politique.

En histoire, les mêmes causes n'ont pas toujours les mêmes effets. Le Traité de Versailles imposant en 1918 des réparations de guerre impayables aux Allemands a facilité l'accession au pouvoir d'Adolf Hitler. Vaccinés contre la dictature des colonels, les Grecs, on peut l'espérer, ne suivront pas le même chemin suite à l'austérité drastique qui vient de leur être imposée.

Economiste, Elena Panaritis a travaillé pour la Banque mondiale et a siégé au Parlement sur les bancs du Pasok de 2009 à 2012. Elle avait été choisie par l'ex-ministre des Finances Yanis Varoufakis, comme représentante de la Grèce au FMI.

La chancelière Angela Merkel a prévenu lundi que le chemin serait "long" et "difficile" pour que la Grèce, à laquelle ses partenaires européens consentent d'accorder une troisième aide en échange de réformes, retrouve le chemin de la croissance.

L'Allemagne, qui refuse tout effacement de la dette grecque, est renvoyée à son passé par Athènes et des économistes de renom qui lui rappellent qu'elle a bénéficié d'une réduction drastique de ses créances pour se reconstruire après la Guerre mais Berlin réfute la comparaison.

"Ma volonté, mon souhait est d'éviter un Grexit" et "il est temps de se retrouver à la table des négociations", a affirmé mardi le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à quelques heures d'un sommet crucial de la zone euro sur la Grèce.

La Grèce a donné naissance à tant de philosophes et l'Europe s'est nourrie de tant de leurs pensées qu'il était raisonnable d'imaginer qu'Athènes et ses créanciers nous épargneraient in fine le cortège de bassesses, de tromperies et d'égoïsmes qu'ils donnent à voir depuis une semaine.

Près d'un Grec sur deux (46%) a l'intention de voter non dimanche au référendum sur les propositions des créanciers (UE, BCE, FMI), mais le pourcentage a chuté depuis la mise en place du contrôle bancaire, selon un sondage publié mercredi.

La liste des réformes envisagées par la Grèce dans le cadre de l'extension de l'aide financière internationale décline, en six pages et quatre parties, mesures fiscales et sociales, destinées tant à respecter ses engagements envers ses partenaires internationaux qu'à répondre à la "crise humanitaire" que connaît le pays. La délégation grecque a publié mardi midi la lettre envoyée lundi soir par le gouvernement grec aux institutions européennes.

L'adhésion à la zone euro est "irrévocable", a rappelé lundi la Commission européenne, alors que les spéculations sur une sortie de la Grèce reprennent à l'approche des élections anticipées.

Une victoire de Syriza aux élections législatives de janvier en Grèce marquerait l'amorce d'un "changement nécessaire" en Europe qui entraînerait notamment l'Espagne et l'Irlande dans la même direction, a pronostiqué samedi Alexis Tsipras, chef du parti de la gauche grecque en tête des sondages.