Tout sur Yves Leterme

Le 6 décembre, il y aura dix ans qu'il quittait la scène belge. En catimini, après avoir été l'homme fort de la Flandre puis le Premier ministre du pays. Depuis, Yves Leterme a fait beaucoup de choses, à travers le monde. De la politique internationale, de l'économie, du business et du contrôle de gestion de clubs de foot. Heureux, dit-il. Mais peut-être pas rangé des bagnoles.

Les constructeurs automobiles sont devenus prudents dans leur communication sur les voitures autonomes: les produits spectaculaires initialement annoncés pour 2020 ont été repoussés à plus tard face à la complexité et au coût de ces technologies.

Lancer une nouvelle marque automobile, alors que le marché est déjà surpeuplé, est-ce vraiment une bonne idée ? Quatre ans plus tard, les doutes quant aux chances de succès de DS n'ont pas entièrement disparu. Carlos Tavares, le grand patron de PSA, aurait-il péché par excès de précipitation en 2015 ?

L'Instance de contrôle financier des clubs (ICFC) a bataillé entre 2014 et 2015 contre le club de Manchester City, coupable d'avoir foulé aux pieds les règles de fair-play financier édictées par la FIFA. Le champion d'Angleterre s'en sortira finalement avec une amende dérisoire de 20 millions d'euros, malgré l'intervention de deux Belges ayant présidé l'organe de contrôle: les anciens Premiers ministres Jean-Luc Dehaene et Yves Leterme, relatent certains documents issus des Football Leaks dont Le Soir a publié un premier volet samedi.

Marianne Thyssen (CD&V), désignée par le gouvernement fédéral pour rejoindre la Commission européenne en 2014, a annoncé jeudi qu'elle quittera la vie politique active à l'issue de son mandat au sein de l'exécutif européen.

À peine arrivée à l'aéroport militaire de Melsbroek, "on a oublié l'interprète au 16 !", s'exclame une attachée de presse. C'est sur ce couac, bien belge, que commence la visite officielle de Charles Michel en Russie.

La semaine dernière, l'escalade entre Theo Francken et Jeune Ecolo a montré une nouvelle fois que la politique belge se trouve dans un état de guerre permanent. Les politiques aiguisent leurs couteaux : ce n'est plus la vieille pilarisation qui divise le pays, mais un nouveau tribalisme.

Bart De Wever a souvent critiqué le quotidien flamand De Standaard mais jamais ses critiques n'ont été aussi virulentes que lors de sa dernière attaque. Pour la première fois, le journaliste visé, Bart Brinckman, revient dans une interview du Knack sur le conflit qui oppose le plus grand parti du pays et son journal le plus important.

L'acceptation par Armand De Decker (MR), alors vice-président du Sénat, d'une mission de conseil, initiée en 2011 par l'Elysée, visant à sortir les milliardaires Chodiev et consorts de toute contrainte judiciaire en Belgique, est "totalement inacceptable", a indiqué mercredi devant la commission "Kazakhgate" l'ex-premier ministre Yves Leterme (CD&V).

La révolution technologique dans l'organisation du travail rend superflus nombre de mètres carrés dans les ministères. La Régie des bâtiments y intensifie la chasse à l'espace encore vital.

Telenet a précisé lundi ses explications à propos de la mission de conseil remplie par l'ex-Premier ministre, Yves Leterme. Il a participé pour la première fois à une réunion du conseil d'avis le 19 décembre, quelques jours après avoir quitté le gouvernement fédéral en affaires courantes. Il a toutefois perçu une rémunération équivalente à 6 mois de mandat.